Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
26 Juin 2013 | Pression normative
 

On ne sait pas très bien ce qui choque le plus l’Académie nationale de médecine : l’addiction au bronzage artificiel ou le sponsoring sportif. En tout cas, l’institution réclame « l’interdiction de toute publicité » pour les cabines de bronzage « dangereuses pour la santé », notamment à travers la promotion utilisant des sportifs. Et pour se justifier … de prendre exemple sur la législation appliquée au tabac ou à l’alcool.

L’Académie nationale de médecine demande ainsi « comme pour le tabac et l’alcool, l’interdiction de toute publicité pour une pratique unanimement reconnue comme dangereuse pour la santé, car augmentant considérablement le risque de mélanome, un cancer cutané particulièrement agressif, surtout quand cette publicité utilise l’image du sport pour attirer les plus jeunes ».

« En s’infiltrant dans le monde du sport, comme à une certaine époque le lobby du tabac, les professionnels du bronzage se donnent ainsi, à peu de frais, une image positive de jeunesse, de performance et d’apparente bonne santé » dénonce l’Académie qui pointe, en particulier, la promotion des cabines, via le cercle des Nageurs de Marseille, dont certains ont remporté des médailles aux Jeux Olympiques de Londres 2012. Ou encore « les marchands de soleil artificiel » qui « offrent aux clubs et aux fédérations l’installation de cabines et leur libre accès ».

Rappelons qu’à peine nommée, la ministre de la Santé en avait fait un cheval de bataille, annonçant un durcissement rapide de la législation des cabines UV. Un rapport sénatorial à la clé préconisant « l’interdiction des cabines, hors usage médical ». Le décret reste suspendu à un avis de la Haute autorité de santé, attendu … courant 2013.