Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
13 Fév 2017 | Vapotage
 

Venu à Paris mesurer le développement et les perspectives du marché français, Hon Lik (l’inventeur de la cigarette électronique / voir Lmdt des 11 et 12 février 2017) a également fait le point, au fil de plusieurs rendez-vous, sur son travail.

Lequel se traduit par les évolutions de « blu », l’e-cig leader sur les marchés américain et anglais et qui a été lancé en France l’année dernière par blu/Fontem Ventures (filiale d’Imperial Brands / voir Lmdt des 16 décembre et 19 octobre 2016).

Hon Lik répond aux questions du Monde du tabac.

• Le Monde du Tabac : Vous êtes toujours chercheur, comment s’organise votre travail aujourd’hui ?

• Hon Lik : Je m’occupe des centres de recherche de Fontem Ventures. Pour ce faire, je suis basé le plus souvent à Pékin, sachant que l’équipe de chercheurs y travaille étroitement avec leurs collègues de notre centre américain de la Silicon Valley.

Notre objectif est bien évidemment de garder les positions de leader que nous avons obtenues avec blu. Si ce produit a déjà été adopté avec un certain succès sur les marchés américain et européen, c’est parce que nos chercheurs ont déjà beaucoup travaillé, le contexte règlementaire nous amenant à nous axer sur la qualité que nous pouvons garantir à nos produits. Celle-ci concerne d’ailleurs tant la technologie de la partie électronique que la composition des liquides.

Reste que la cigarette électronique est encore un produit complètement nouveau et il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour apporter les améliorations qu’elle mérite.

Ainsi, au-delà de la sécurité et de la fiabilité, nous allons continuer à travailler sur l’ergonomie, de sorte que le produit aille plus à la rencontre des habitudes des fumeurs. Peut-être avec des dispositifs plus puissants, d’une part, ou avec d’autres présentant des designs plus stylés, plus fashion, d’autre part.

Rien n’est facile et donc on ne peut pas travailler en solitaire. Il faut non seulement communiquer mais établir une interaction avec le consommateur …

•Le Monde du Tabac : Mais, personnellement, vous vous concentrez plus sur la cigarette électronique ou sur les liquides ?

• Hon Link : … je travaille plus sur l’appareil car je ne suis pas assez connaisseur des goûts propres aux différents marchés. D’ailleurs, si je suis à Paris c’est bien pour prendre la mesure des caractéristiques du marché français et connaître davantage l’avis de ses consommateurs …

• Le Monde du Tabac : Mais vous croyez vraiment qu’il y a encore beaucoup de marges de progression pour le produit ?

• Hon Link : Évidemment ! Il suffit de le comparer à l’appareil photo numérique ou au téléphone portable. En permanence, de nouvelles générations sont mises sur le marché. Tout le monde trouve cela normal. Il en est de même avec la cigarette électronique.

• Le Monde du Tabac : Mais au fond, quelle est l’ambition de Hon-Link ? Faire un produit segmenté entre différents goûts, différents marchés, entre vapoteurs traditionnels et fumeurs à conquérir … ou trouver le produit universel, simple, s’imposant à travers le monde comme la cigarette traditionnelle ?

• Hon Lik : Bien sûr, nos principaux efforts vont vers un produit qui soit adapté à tous; donc, un produit plus ou moins universel avec pour objectif de convaincre les fumeurs de réduire leur consommation de tabac et de lutter ainsi contre le tabagisme.

Notre objectif principal est bien de trouver une substitution au tabac.  Mais pour le moment, nous ne pouvons ignorer les demandes de différentes communautés de consommateurs. Et donc, de sortir des produits adaptés.

(À suivre)

Dans la suite de l’entretien qu’il nous a accordé, Hon Lik revient, notamment, sur le contexte réglementaire et les produits à moindre nocivité de l’industrie du tabac.