Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Sep 2016 | Profession
 

Florajet buralistesDepuis l’appel à boycott de l’Euro Millions du 27 septembre en guise de protestation contre l’accord de partenariat FDJ / Florajet (voir Lmdt des 8 et 10 septembre), la grogne de buralistes continue à s’exprimer … relayée par la presse régionale.

•• « Les buralistes du Rhône s’opposent à la diffusion de jeux chez les fleuristes Florajet. C’est un manque à gagner pour nous et la porte ouverte à une libération de la vente », s’insurge Jean-Pierre Teindas, président de la chambre syndicale départementale, dans Le Progrès de ce dimanche 11 septembre. Pour lui, l’argument de la FDJ – selon lequel seuls deux ou trois fleuristes sont autorisés à vendre les produits en question – « est la réponse bateau par excellence. On sait comment ça va se passer. La FDJ va délivrer un accord, puis un autre … ».

« Florajet est le deuxième réseau derrière Interflora. Nos 550 adhérents sont alertés » poursuit-il. « Les buralistes qui ont des fleuristes concernés près de chez eux, leur ont adressé des courriers précisant que s’ils diffusaient des produits FDJ, en retour, eux …seront distributeurs de fleurs », détaille Jean-Pierre Teindas qui fait état de contacts déjà pris avec une plateforme de vente de fleurs en provenance de Hollande. Et, bien sûr, il est question du boycott de la vente de la prochaine nouvelle mouture de l’Euro Millions par les buralistes.

•• Pas question « d’aller chercher des points de ventes en dehors du réseau bar-tabac presse » s’indigne Michel Guiffès, président de la fédération de Bretagne et trésorier de la Confédération, dans Ouest France du 10 septembre. La concurrence serait ouverte uniquement là où le réseau « référent » des buralistes ferait défaut assure la FDJ. « Mais le nombre de buralistes diminue (parce qu’il n’est pas soutenu par ses partenaires / ndlr). Le réseau a perdu 800 points de vente l’an dernier », s’inquiète Michel Guiffès, « il y a déjà un accord entre la FDJ et les stations Total. Il y a quelques années, il y avait eu une tentative de vendre des jeux à gratter aux caisses de supermarché. Nous n’avons pas vocation à être les cocus de l’histoire ».