Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
15 Jan 2014 | Vapotage
 

E-Cig Vapoteur 3La plupart des experts considèrent que la cigarette électronique est moins nocive que la cigarette classique. Cependant, une étude préclinique américaine, rapportée par l’Agence presse médicale, relance le débat en estimant que la vapeur de cigarette électronique pourrait favoriser la croissance de cellules cancéreuses, « notamment un cancer du poumon chez les personnes à haut risque. » Cela dit, ces éléments sont à prendre avec les réserves nécessaires.

Ces données d’une étude préclinique américaine ont été présentées récemment à San Diego, au congrès de l’International Association for the Study of Lung Cancer (IASLC) , sur les origines moléculaires du cancer bronchique.

Pour arriver à cette conclusion, Stacy Park, de l’université de Californie , et ses collègues ont utilisé des cellules porteuses de mutations dans les gènes, fréquemment retrouvées chez les fumeurs et anciens fumeurs atteints d’un cancer bronchique. Ils les ont placées dans un liquide préalablement exposé à de la vapeur d’e-cigarette, « avec un niveau de nicotine considéré comme étant similaire à celui auquel les cellules du tractus respiratoire sont exposées lors du vapotage ».

Premier constat : dans les deux cas, les cellules se sont comportées comme des cellules cancéreuses, avec notamment une capacité de croissance invasive (qui s’étend et envahit les tissus voisins). Les chercheurs ont également observé des changements, dans l’expression génétique des cellules exposées à la vapeur d’e-cigarette, très proches de ceux induits par la fumée de tabac.

Enfin, dans une autre expérience avec des cellules non mutées, le liquide, exposé à de la vapeur d’e-cigarette s’est avéré toxique lorsque la concentration en nicotine était élevée.

Face à ces conclusions, qui alertent sur les risques supposés du vapotage, l’équipe de chercheurs souligne que « ces résultats sont préliminaires, mais relève l’importance d’établir le potentiel cancérogène des cigarettes électroniques d’autant plus que nombre de leurs fumeurs sont porteurs de mutations conférant un risque accru de cancer bronchique ».