Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
10 Mai 2016 | Observatoire
 

Ardisson sltIls étaient trois contre un à défendre la légalisation du cannabis dans le module « Desintox » de « Salut les Terriens » (Canal +), ce samedi 7 mai. Trois spécialistes : le producteur-animateur Thierry Ardisson et le chanteur Florent Pagny (au titre de consommateur, ont-ils reconnu) et le pneumologue Bertrand Dautzenberg pour la défense plus « médicale » de la dépénalisation (voir Lmdt des 21 avril, 30, 28 et 14 janvier). Seul à se positionner contre : l’avocat et vice-président du Conseil régional Ile-de-France (LR) Geoffroy Didier qui a un peu cassé l’ambiance sur le sujet.

• Bertrand Dautzenberg n’a pas changé de logiciel : « Mon ennemi, c’est le tabac (…) on a réussi à baisser de 50 % le nombre de cigarettes fumées par les Français depuis la loi Evin. Pour le cannabis, on n’a pas d’accès légal, pas de prévention, la consommation augmente et on reste les bras croisés (…) Mon ennemi, c’est le tabac. Et je dis la même chose pour le cannabis. La consommation a baissé dans les pays qui ont légalisé (…) En France, du fait des trafics, on n’a que la résine, la forme la plus toxique, qui fait le plus de dégâts quand elle brûle (…) ».

Geoffroy Didier• Geoffroy Didier : « Mais il y a une vraie différence entre le tabac et le cannabis. J’ai souvenir d’une femme qui pleurait parce que son fils fumait du cannabis tout le temps et qu’il finissait par ne plus pouvoir faire d’études tellement son cerveau devenait « liquide ». Et j’en veux à ces politiques aux petites annonces politiciennes. Et, ce n’est pas en légalisant le cannabis qu’on va avoir les jeunes avec soi.

« C’est de la politique inadmissible. Les artistes, ils font ce qu’ils veulent. Le politique, non, et il doit penser à ceux qui reçoivent le message. Et je ne peux pas penser que le message soit positif vis-à-vis des jeunes quand on leur dit qu’on va légaliser le cannabis ».

Et s’adressant à Bertrand Dautzenberg : « Là où vous vous trompez … Vous croyez que parce que c’est interdit, la prévention ça ne marche pas. Vous êtes dans un rapport de cause à effet que je ne trouve pas sain ».