Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Juin 2021 | Profession
 

Décision le 30 juin pour la buraliste qui refusait de servir des femmes voilées

• Tarn. La buraliste albigeoise, poursuivie pour discrimination après avoir refusé de remettre des colis à des femmes voilées, comparaissait ce mardi 1er juin en appel à Toulouse (voir 4 juillet, 29 juin, 19 avril 2018).

Si elle a refusé de remettre ou prendre les colis des plaignantes, « c’est pour des raisons de sécurité » a-t-elle répété, « on demande à tout le monde de se découvrir que ce soit un bonnet, un casque, etc. ».

Trois des quatre plaignantes étaient de nouveau présentes ainsi que les associations qui se sont constituées parties civiles : la Licra et le MRAP. Elles n’ont pas changé la moindre ligne de leur version.

Le procureur a requis 3 mois de prison avec sursis et 3 000 euros d’amendes. La décision a été mise en délibéré pour le 30 juin prochain.

Razzia à quelques minutes de la fermeture

• Isère. Deux malfaiteurs, au visage bien dissimulé, ont fait irruption chez un buraliste à l’entrée deChamp-près-Froges (24 kilomètres au nord de Grenoble), ce mardi 1er juin peu après 20 heures 30.

Deux employés s’y trouvaient alors. Tandis que l’un d’entre eux passait l’aspirateur, la caissière a été menacée par une arme de poing et a dû remettre plusieurs cartons de cigarettes aux braqueurs qui ont rapidement pris la fuite à bord d’une voiture.

Au petit bonheur la chance

• Cher. En cinq nuits, entre les mois d’octobre et de décembre dernier, trois jeunes garçons sont soupçonnés d’avoir écumé le sud du Cher et la bordure de l’Indre. Au total, seize vols et tentatives de vols, des délits de fuite, une association de malfaiteurs. Ils « tapaient » au petit bonheur la chance, sans repérage préalable des lieux.

Un bar-tabac de Venesmes (30 kilomètres au sud de Bourges)a été cambriolé deux fois. C’est à partir de là que les enquêteurs ont pu suivre les pister et remonter un à un l’historique.

Ils ont reconnu les faits, du moins la plupart. Le tribunal correctionnel a été clément:  trois ans de prison dont un an avec sursis pour l’un, trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis pour le second et trente mois de prison dont seize mois avec sursis pour le troisième. Les trois jeunes gens ont été maintenus en détention.