Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Avr 2021 | Profession
 

Alerte pour des bar-tabacs visés par des voitures-bélier 

• Oise. Il était environ 4 heures du matin, ce lundi 12 avril, lorsqu’une Renault Mégane blanche a défoncé, en marche arrière et à plusieurs reprises, le rideau de fer d’un bar-tabac-presse de Bury (17 kilomètres de Creil).

Le gérant, habitant au-dessus, réveillé par le bruit, a rapidement appelé les secours. Les malfaiteurs qui ont démoli la façade principale du bar ont dérobé en très peu de temps de nombreuses cartouches de cigarettes.

En l’espace de quatre jours, trois attaques de buralistes ont été recensées entre Creil et Clermont : celle de Breuil-le-Vert (voir 11 avril) et une tentative de casse similaire la nuit du 11 au 12 avril dans un bar-tabac de Sacy-le-Grand, à une vingtaine de kilomètres de Bury.

À chaque fois, il s’agirait de quatre hommes cagoulés qui utilisent deux véhicules volés. Le véhicule qui a servi à la fuite des malfaiteurs après le casse de Bury a été retrouvé du côté de Montataire. Un groupe d’individus a été repéré près de la voiture noire mais a réussi à s’enfuir avant l’arrivée des policiers.

« Il faut agir pour que les commerces de proximité en zone rurale soient mieux protégés » a commenté le président des buralistes de l’Oise, Serdar Kaya.

Arme sur la tête

• Haute-Saône. Arme posée sur la tête, une buraliste de Vesoul a ouvert sa caisse au malfaiteur débarquant vers 7 heures 30 ce mardi 13 avril. Billets en poche, il a pris la fuite, mais a été rapidement pisté par les policiers arrivés sur place.

Le jeune homme de 19 ans a été interpellé sur un terrain vague. Dans son sac à dos ont été retrouvées l’arme factice, la somme d’argent et une bombe lacrymogène.

À peine embauché

• Ille-et-Vilaine. Embauché il y a tout juste un mois dans un tabac-presse à Rennes, un jeune homme de 28 ans a connu les affres du braquage ce lundi 12 avril.

Vers 7 heures 30,un individu encagoulé a franchi la porte et lui a tendu un sac. Puis il a sorti une arme de sa poche et l’a braqué dans sa direction en réclamant l’argent de la caisse. Le butin obtenu, il a quitté le magasin calmement, puis s’est mis à courir. Le tout a duré 2 à 3 minutes.

Un peu tétanisé par ce qui vient de lui arriver, l’employé a appelé son patron qui lui a demandé de fermer la boutique et de rentrer chez lui pendant qu’il prévenait la police.