Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
28 Nov 2020 | Profession
 

Deux blessés lors d’un braquage 

• Loire-Atlantique. L’employée d’un tabac-presse de Corsept (18 kilomètres de Saint-Nazaire) faisait le tri dans les invendus de presse, ce vendredi 27 novembre vers 8 heures, quand un malfaiteur lui a passé le bras autour de la gorge et l’a entrainée dans la cuisine.

Là, il s’est emparé d’un couteau et l’a menacée afin d’obtenir le code du coffre … qu’elle ne connaissait pas. Avant de quitter la pièce, il lui a asséné un grand coup derrière la tête. C’est alors qu’entre dans la boutique un client habituel de la presse … le maire de la commune voisine de Paimbœuf qui est alors violemment agressé par un second malfaiteur.

Au départ des braqueurs, c’est lui qui a averti la police. Les deux victimes ont été soignées sur place : la salariée a une ITT de trois jours et l’élu souffrirait de contusions.

Le coup de la cartouche

• Aisne. Lorsqu’il pénètre chez un buraliste de Saint-Quentin, ce mercredi 25 novembre, un trentenaire a tout du client lambda.

Il commande une cartouche de cigarettes puis un second article. À peine le buraliste a-t-il le dos tourné …qu’il prend la fuite avec son tabac. Mais il a été vite rattrapé par le patron de l’établissement avant d’être remis aux forces de l’ordre.

Les gendarmes bouclent l’enquête

• Pyrénées-Atlantiques. Après une longue enquête les gendarmes ont interpellé trois malfaiteurs suite à l’agression d’un étudiant à Agnos et au cambriolage d’un bar-tabac à Sauvagnon (13 kilomètres de Pau).Des faits qui ne sont pas de même nature et remontent à janvier dernier.

Trois Palois d’une vingtaine d’années sont mis en cause, l’un des agresseurs a été écroué, les deux autres placés sous contrôle judiciaire.

Paroles de Procureure

/ Côte-d’Or. Une « armoire à glace » est entrée dans le box du tribunal correctionnel de Dijon, ce jeudi 26 novembre, suite à la tentative de vol à main armée d’un buraliste dans la ville (voir 18 septembre).

Malgré la menace du couteau, l’employée avait courageusement répondu qu’il n’y avait rien dans la caisse et qu’elle allait appeler la police. Le braqueur est alors reparti, la police l’ayant interpellé quelques instants plus tard dans un abribus, torse nu.

L’expert psychiatrique a évoqué une altération certaine de son discernement. La procureure a insisté sur « ces petits commerces essentiels à la vie sociale qui sont souvent pris pour cible par les délinquants ».

Verdict : 18 mois dont six avec sursis probatoire.