Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Nov 2015 | International, Trafic
 

Australie14,3 % : c’est le taux du marché parallèle (de cigarettes et de tabac à rouler en vrac) que vient de révéler la dernière étude KPMG sur l’Australie.

Soit un léger recul de 0,2 % par rapport à la mesure précédente (voir Lmdt du 31 mai). Mais toujours un niveau incroyable par rapport à ce qui est une île-continent, très éloignée des autres grands marchés asiatiques du tabac, les plus proches.

Et c’est toujours un bond en avant de 24,3 % par rapport à 2012, date de mise en place du paquet neutre.

65 % de ce tabac illégal correspond à ce que l’on appelle là-bas le « chop chop » : du tabac de basse qualité en vrac, retraité et revendu sous forme de tabac à rouler dans des sacs de 250 et 500 grammes ; ou dans des lots d’une centaine de tubes, sans le moindre avertissement sanitaire.

Pour le reste, il suffit de savoir que le prix moyen du paquet est de 15 euros en Australie (avec une nouvelle augmentation annuelle de la fiscalité tabac de 12,5 %, en septembre dernier), alors que le même produit est vendu aux alentours de 1,30 euro en Asie.

Comme les faits, les chiffres sont têtus.

Cette étude KPMG est commandée par BAT, Imperial Tobacco et Philip Morris. Ses commanditaires sont décriés par les anti-tabac, mais l’étude n’est toujours pas remise en cause sur le fond.