Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Nov 2018 | Profession
 

Le décrochage est rude pour les hebdomadaires d’information générale qui observent une baisse de 28 % pour ce qui en est de cette année, par rapport à la même période de 2017.

En cause : une actualité politique plus calme et l’impact des grèves de la SNCF au printemps sur le réseau … des boutiques Relay.

Malgré ce mauvais chiffre, les éditeurs se montrent très attachés à la vente au numéro dans le point de vente et annoncent se battre pour le soutenir.

•• « Le public change d’une semaine à l’autre en fonction du thème abordé » observe Yvan Désert, en charge des ventes au numéro du Groupe L’Express, dans un article du dernier numéro d’Union Presse (le mensuel de Culture Presse). De fait, les hebdomadaires n’ont plus de cible d’âge ou de CSP.

« Lorsque l’on s’intéresse aux problématiques de l’environnement, on cible une communauté précise qui ne sera pas forcément intéressée par les sujets du numérique ou de la médecine qu’on traitera plus tard » confirme Dominique Nora, directrice de la rédaction de L’Obs. D’où l’importance de bien exposer la Une dans les points de vente, ce que tous les éditeurs mettent en avant.

•• Les news ont aussi recours à une certaine diversification éditoriale.

17 hors-séries pour Le Point en 2018 qui publie aussi Le Point Référence (trimestriel) et un Guide Santé. Il y a les hors-séries trimestriels de Valeurs Actuelles. Ainsi que Réussir et L’Express Théma de L’Express. Tous fonctionnent bien.

Il y a les déclinaisons régionales. Dossiers régionaux de l’été pour L’Express, soutenus par une campagne de terrain. Les douze éditions régionales de L’Obs se sont vendues à 19 700 exemplaires en moyenne. Le Point a proposé des numéros dans 51 villes cette année, accompagnés de visites aux principaux marchands de journaux, de poses de PLV et d’affichages dans les points de vente.

•• Pour en revenir sur la vente au numéro, les éditeurs se battent pour la soutenir, toujours selon Union Presse.

Le Point dispose d’une équipe de neuf personnes sur le terrain pour installer des outils de présentoirs et de PLV chez les marchands de journaux.

Tous investissent dans des campagnes d’affichage en kiosques et en points de vente.

•• Reste que la vente au numéro reste une vitrine ; elle permet de jauger la santé du journal et son image auprès du public, toujours selon Yves Désert.

Nouvelle preuve que le papier a encore de l’avenir ? : la dernière interview d’Emmanuel Macron, dans Le Point, a constitué la troisième meilleure vente du titre depuis 1972, assure Jean Girault, responsable de la diffusion du titre.