Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Déc 2018 | Pression normative
 

Des mégots écrasés sur le sol, des paquets vides …

Ce n’est pas un fumoir, mais le dernier wagon de la ligne P du Transilien reliant Paris à Château-Thierry dans l’Aisne. Malgré le renforcement des contrôleurs, les « wagons fumeurs » ne sont pas en voie de disparition. 

Tout en dégainant son briquet, un lycéen explique, au micro de France Bleu Paris, ce 20 décembre, que s’il a une heure de train et l’envie de fumer, il s’installe dans cette rame.

Il y retrouve parfois des amis pour fumer. Et il n’est pas le seul : « quand tu rentres ici, il y a tout le temps des gens qui fument. »

•• La SNCF n’en a pas encore fini avec ce problème (voir Lmdt du 7 janvier 2016). En Île-de-France, les contrôleurs ont notamment la ligne P en ligne de mire.

Mercredi 19 décembre, une opération de contrôle a été menée mobilisant pas moins d’une soixantaine d’agents de la Sûreté ferroviaire ainsi qu’une dizaine de policiers municipaux et nationaux. En trois heures, 51 procès-verbaux ont été dressés avec pour motif : « violation de l’interdiction de fumer ».

•• Les passagers connaissent les risques encourus ainsi que le prix de l’amende (68 euros), mais ils ont appris à esquiver les contrôles.

« Nous le faisons quand même, nous ne respectons pas la loi », avoue une jeune femme, en cachant sa cigarette à la vue des contrôleurs. « On regarde s’ils sont là, donc là on sait qu’ils sont partis, il y en a certains qui vont rallumer leur cigarette », poursuit-elle.

•• Depuis 2017, la tâche s’est compliquée pour les fraudeurs : « nos agents de la sûreté ferroviaire peuvent verbaliser, faire descendre les passagers du train », signale Christophe Lallot, directeur adjoint de la zone Sûreté Ile-de-France Nord-Est. Des agents en civil peuvent être présents et contrôler dans les gares. Pour autant, ils « ont besoin des services de police pour finaliser les procès-verbaux ou encore sécuriser les adresses ».

Cette année sur la ligne P, plus de 1 600 procès-verbaux ont été dressés, dont presque 700 pour violation de l’interdiction de fumer.