Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Sep 2018 | Profession
 

À peine lancés, les tickets à gratter « Mission Patrimoine » ont cartonné à Épernay.  Malgré (ou à cause …) de leur prix qui interpelle. 

« Pour un nouveau jeu de grattage comme celui-ci, ça a vraiment bien démarré », affirme Éric Bonnet (bar-tabac Le Soleil) à L’Union du 6 septembre. 60 tickets en trois jours. « Les personnes qui viennent m’en acheter ne sont pas que des habitués des jeux de grattage, il y a aussi ceux qui veulent mettre leur pierre à l’édifice ».

•• Même son de cloche pour Jean-Pierre (La Civette), pour qui la vente des tickets a très bien débuté : « certains de mes clients ont entendu parler de l’opération et ont voulu faire une bonne action ».

•• « Quinze euros pour un ticket, ça ne s’est jamais vu. Pour moi, c’est un sacré frein à la vente », tempère Éric Bonnet. Au café du Palais, la vente des tickets n’a d’ailleurs pas décollé à cause du prix : « c’est trop cher, je n’ai vendu que dix tickets en deux jours ».

•• Certains joueurs ont trouvé la solution. « J’ai deux clients qui sont venus acheter un ticket pour deux », commente Hervé.

Pour Cyril, un client du bar-tabac La Bodéga, tout le monde ne peut pas se permettre de participer à ce jeu de grattage : « ils auraient dû baisser le tarif à dix, voire cinq euros, et je pense qu’il y aurait eu encore plus d’acheteurs. C’est un jeu que vous faites une fois, pas deux ».

•• Du côté des associations du patrimoine locales, on se montre prudent. « Je suis très sceptique. Le prix des tickets va freiner l’engouement », estime pour sa part Roman Skonieczny de Ostoya, président de Pays d’Épernay et son Patrimoine.