Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Déc 2017 | Profession
 

Salle comble pour l’assemblée générale des buralistes de l’Aude, organisée hier soir, à Montredon-les-Corbières : une bonne cinquantaine de débits réellement représentés.

Il est vrai que le président départemental, Frédéric Martin, est connu pour son goût de l’organisation : il est en train de monter un salon professionnel des buralistes de l’Occitanie pour le premier week-end de février, avec notamment des producteurs locaux (le fameux circuit court).

•• Particulièrement révélateurs, ces questions ou commentaires suite à l’intervention de Philippe Coy (accompagné de Sophie Lejeune, secrétaire générale, et de Gérard Vidal, vice-président). Deux exemples, pris sur le vif et représentatifs.

• « Mais que fait la Confé ? Il est évident qu’une partie de notre clientèle fumeurs va se poser des questions avec cette augmentation d’un euro au mois de mars … C’est à nous, buralistes, de leur proposer une alternative à travers la cigarette électronique : avec une offre crédible et bien mise en valeur. On attend de notre organisation professionnelle qu’elle nous accompagne et nous conseille … (deux jeunes frères, installés en zone rurale, mais bien placés sur un axe de circulation / 600 clients jours / en quête de diversification).

• « C’est l’État qui est responsable de tout : du paquet à 10 euros mais aussi de la survie de notre réseau de buralistes … 60 % de mon activité correspond au tabac, l’État doit donc nous compenser pour sa responsabilité dans ce qui va nous arriver : ni plus, ni moins » (une buraliste rurale, plutôt remontée).

•• Deux facettes d’une même réalité que le président de la Confé s’est efforcé de dépasser par un compte-rendu des négociations actuelles avec le Gouvernement (« je ne suis pas naïf, mais j’ai confiance dans la qualité des échanges que nous avons ces jours-ci ») et un vibrant appel à la « transformation réelle de notre réseau de proximité pour lui donner ce qui sera le retour de tous nos efforts : plus de valeur. C’est bien pour cela que notre démarche entrepreneuriale doit être prioritaire …

« Et puis, en hommage à un grand Monsieur, particulièrement cher à tous les Français en ce jour : j’ai simplement envie de vous donner envie … »