Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Depuis ce samedi 9 novembre, le paquet neutre est obligatoire au Canada (voir 3 mai 2019 et 24 mai 2018). Et cela correspond à l’arrivée des premières neiges.

Les détaillants-vendeurs de tabac (cigarettes, tabac à rouler, cigares/ cigarillos) disposent d’un délai de 90 jours pour écouler leurs stocks d’anciens conditionnements.

•• « Nous ne nous opposons pas au paquet neutre, mais nous doutons de son effet pratique » a déclaré, à Radio Canada, Thierry Aquarone, directeur de l’usine Rothmans, Benson & Hedges (groupe Philip Morris International) située au Québec. « Ce qu’on a observé dans les autres marchés, c’est que la consommation de cigarettes baisse relativement peu, voire pas du tout ».

•• Jeff Gaulin, directeur des relations externes de Rothmans, Benson & Hedges, déclare, dans Le Devoir, que son groupe s’est employé à faire en sorte que les détaillants – les « dépanneurs » au Québec – s’adaptent en mettant à jour les noms dans le système de commande plusieurs mois à l’avance, ainsi qu’en créant un site web où les consommateurs peuvent savoir de quoi il retourne selon les produits. « Je pense que les choses vont bien se passerCela dit, il y aura encore quelques ratés. […] Il y aura peut-être des pénuries, mais s’il y en a, je pense qu’elles seront très, très minimes. »

•• « Ça change toute la chaîne d’approvisionnement » a souligné Éric Gagnon, d’Imperial Tobacco Canada (groupe BAT au Canada). « Ce n’est pas comme si vous tourniez une clé pour ouvrir ou fermer. Vous devez changer toutes vos illustrations, tout votre équipement, rééquiper toutes vos machines, alors … évidemment, c’est une opération très coûteuse et très complexe. »

Il soutient aussi que les paquets neutres ne fonctionnent pas et stimulent la vente illicite de produits du tabac.

Voir aussi 28 juin 2019.