Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Fév 2017 | International, Observatoire
 

Promesse de campagne de Justin Trudeau (voir Lmdt des 9 et 5 décembre 2015), le gouvernement libéral canadien prévoit de légaliser, ce printemps 2017, le cannabis. Ce qui ferait du Canada le premier pays du G7 à adopter une telle loi.

 En octobre 2016, un rapport publié par le cabinet de consultants Deloitte estimait que cette nouvelle législation déboucherait sur la création d’une industrie de 22,6 milliards de dollars canadiens (16,14 milliards d’euros). Filière complète incluant la vente des produits dérivés de la marijuana, ainsi que la sécurité, le transport et les laboratoires qui interviennent tout au long de la chaîne de production.

Pour mener à bien son projet, le gouvernement fédéral s’appuie sur le rapport d’un groupe de travail, publié en décembre 2016 (selon Le Monde daté des 29-30 janvier). Ce dernier recommande la vente au détail par courrier pour les populations rurales ou isolées, et en magasins dédiés pour les villes. Mais il déconseille de passer par le réseau déjà constitué et réglementé qu’est, par exemple au Québec, la Société des alcools du Québec. Des boutiques privées pourraient donc voir le jour. Comme c’est le cas à Montréal où plusieurs magasins vendent déjà des accessoires pour fumeurs.

• Au Canada, la production et la commercialisation de la marijuana à des fins médicales est autorisée depuis 2001. Ses producteurs, qui veulent aussi leur part du gâteau, auraient déjà augmenter leur capacité de production, toujours selon Le Monde. En effet, un rapport du directeur parlementaire du budget (DPB), publié en novembre 2016, estime que 4,6 millions de Canadiens consommeront du cannabis à des fins récréatives en 2018. Le nombre de consommateurs, âgés de 15 ans et plus, devrait même augmenter de 500 000 personnes au cours des trois premières années de la légalisation pour atteindre un marché total de 5,2 millions d’individus en 2021.

 Une étude de la banque CIBC, publiée en janvier 2016, table sur des retombées fiscales allant de 3 à 10 milliards de dollars canadiens chaque année (2 à 7 milliards d’euros). Dont 60 % iraient aux provinces et les 40 % restants dans les coffres du gouvernement fédéral. Le Directeur Parlementaire du Budget met, cependant, en garde les élus contre une taxation … trop élevée de la marijuana qui pousserait le consommateur canadien vers le marché noir.