Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Nov 2019 | Profession
 

Condamnés … cinq ans après

• Seine-Maritime. Ils étaient trois, cagoulés, armés de poing et de bombes lacrymogènes, à débarquer dans un tabac-presse de Rouen, alors que trois clients étaient présents (voir 19 mars 2014). Déçu du contenu du coffre-fort qui ne contenait que des jeux à gratter, les malfaiteurs avaient aspergé les clients de gaz lacrymogène et pris la fuite à bord d’un monospace, retrouvé incendié.

La police avait repéré un jeune homme à proximité des lieux, portant un jogging et des baskets pouvant correspondre à l’un des profils présents sur les bandes vidéo. Mais faute d’éléments suffisants, il n’avait pas été placé en garde à vue.

Puis, une cagoule a été retrouvée dans les décombres du véhicule et l’ADN identifié. Les deux suspects, déjà connu de la justice, ont été interpellés neuf mois après les faits et renvoyés devant le tribunal correctionnel de Rouen ce mardi 19 novembre. L’un a reconnu avoir servi de chauffeur, l’autre d’avoir fourni la voiture.

Verdict : quatre ans et trois ans de détention dont deux avec sursis.

Cambrioleurs en herbe

• Hérault. Alerté par des bruits de coup suspects, le voisin d’un buraliste à Palavas-les-Flots a averti la police, ce mardi 12 novembre, vers 1h30 du matin. Sur place, les agents municipaux ont en effet constaté le rideau métallique soulevé,une vitre brisée, puis un peu plus loin une pierre et un balai ensanglanté.

Sur l’indication de témoins, deux individus sont rapidement contrôlés … dans leur sac, sont retrouvés cartouches de cigarettes, papier à rouler ainsi que du numéraire de la caisse. L’un des deux est blessé à une main. Les deux suspects, âgés de 15 ans et 17 ans, ont été placés en garde à vue.

Agresseur toujours en liberté …

• Vaucluse. Braquée trois fois, une buraliste de Montfavet a tout quitté. Elle a bradé son établissement – devenu une parapharmacie – et vendu sa maison, et s’est isolée dans un studio à la montagne après un AVC. Quatre ans aprés, Nathalie reste traumatisée et n’arrive pas à vivre tranquille en sachant que le dernier braqueur est toujours en liberté, alors qu’on a réussi à l’identifier.

Son histoire ? Repris en 2009, le débit de tabac n’allait pas très bien, mais elle a réussi à le faire remonter à 350 clients par jour.

En juin 2011, elle a entendu les cris de son employée alors qu’un malfaiteur venait de s’enfuir avec le contenu de la caisse, des cartouches de cigarettes et des tickets de jeux.

Un an plus tard, en août 2012, deux hommes armés sont entrés, frappant un client sur la tête. Un pistolet sur la tempe l’a forcé à vider le coffre. Le jeune homme a été interpellé, puis jugé en juin 2015 (voir 3 juillet 2015).

Le 6 janvier 2016, un homme lui a braqué une arme sur le front. Elle lui a donné de nombreux jeux à gratter, sachant que la Française des jeux trace les tickets. Quatre jours plus tard, elle a reconnu son agresseur sur les photos présentées par la police judiciaire : le malfaiteur avait encaissé l’argent à peine 30 minutes après le braquage, dans deux autres établissements.

Sauf que depuis … rien. Car si les enquêteurs ont réussi à identifier l’agresseur, impossible pour autant de mettre un nom sur ce visage. « Ma plus grande crainte, c’est que l’affaire soit classée. J’ai écrit au procureur de la République pour lui demander de poursuivre l’enquête. J’ai sa photo mais je ne suis pas autorisée à la diffuser. Les enquêteurs sont donc ma seule chance de pouvoir revivre normalement » a -t-elle confié à La Provence.