Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
24 Oct 2021 | Profession
 

Divergence au sujet d’un projet immobilier, climat de défiance, management décrié … Voilà pourquoi Cyril Linette n’est plus directeur général de l’opérateur historique de paris, selon Le Parisien / Aujourd’hui en France (voir 21 et 22 octobre). 

Extraits.

Il aura tout suscité, ou presque, depuis sa nomination en avril 2018. Défiance, méfiance puis confiance voire espérance via une communication aussi ficelée que développée. Jeudi soir, lors d’une assemblée générale, Cyril Linette a été révoqué à l’unanimité, pour faute, de ses fonctions de directeur général du PMU. La raison officielle ? Avoir émis des réticences au sujet d’un possible déménagement et regroupement de toutes les unités du GIE (groupement d’intérêt économique) PMU dans un nouvel immeuble baptisé Thémis dans le XVIIe arrondissement de Paris (…) 

Une assemblée générale a en tout cas scellé son sort. Philippe Augier, président du GIE PMU (voir 9 et 16 juin 2020) l’avait provoquée. Il était reproché à Cyril Linette d’avoir pris « des positions contradictoires dans la gestion du projet Thémis, changeant publiquement d’avis sans la moindre concertation préalable avec le conseil d’administration, tout en envoyant des lettres accusatoires à l’encontre des administrateurs et des sociétés mères (France Galop et LeTrot) », selon la convocation. 

•• En coulisses, on évoque également des divergences personnelles, notamment avec Jean-Pierre Barjon, président de LeTrot (association organisant les épreuves de trot en France) mais aussi un management décrié.

« Le déménagement dans l’immeuble Thémis a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. L’issue était inéluctable », indique un cadre de l’entreprise (…) Contrairement à ses prédécesseurs, il a fait le choix de réduire l’offre des courses, martelant alors que le PMU devait se concentrer sur son noyau de parieurs historiques et réguliers (…) 

•• Cependant, son management n’a jamais fait l’unanimité, notamment auprès des sociétés mères (France Galop et LeTrot). « Pour gérer le PMU, il faut de la confiance et de la solidarité » confie Bertrand Bélinguier, qui a assumé les deux rôles concomitamment (président et directeur général). « Je ne peux pas donner mon avis sur ce qu’il s’est passé mais les deux conditions que je vous ai évoquées sont indispensables. »

Cette confiance évoquée, les syndicats du PMU l’ont perdue. Même s’ils sont en accord avec Cyril Linette quant aux conditions du déménagement, ils ont déclaré : « Lorsque Cyril Linette est arrivé, il a commencé par arrêter tous les projets en cours de nature à faire progresser le chiffre d’affaires et a fortement diminué l’offre de courses. Résultats : en 2018-2019, ses résultats nets sont inférieurs à ceux de ses prédécesseurs… »

•• « L’affaire Thémis », qui est la seule et unique discordance et source de conflit d’après l’entourage de Cyril Linette, pourrait amener Philippe Augier, par ailleurs maire de Deauville, à prendre temporairement, ou pas, sa succession. En effet, les statuts du PMU spécifient qu’à défaut de nomination officielle, l’intérim doit être assuré en interne.