Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
3 Avr 2017 | Profession
 

Suite à l’annonce de suspension provisoire, ce mercredi 29 mars de l’autorisation accordée par l’État pour le live betting (voir Lmdt du 29 mars 1 et 2), le service de presse de la Française des Jeux a répondu à Equidia

Message que nous reprenons ci-dessous et témoignant d’un certain embarras de la FDJ par rapport à l’attitude des pouvoirs publics sur la démarche d’identification des joueurs. Laquelle se révèle, somme toute, bien entamée même si elle se retrouve (provisoirement) gelée.

En tout cas, tout le monde a compris qu’il aura suffi d’un communiqué ministériel pour stopper en plein vol un test de la FDJ.

« FDJ prend acte de la suspension du test sur l’identification des parieurs FDJ en vue d’une prochaine concertation. FDJ rappelle les points suivants :

•• Les pouvoirs publics (Commission consultative des Jeux et paris sous droits exclusifs, Secrétariat d’État au Budget), la Cour des Comptes (à travers son dernier rapport sur les jeux d’argent publié en novembre 2016) et l’Assemblée Nationale (travaux du Comité d’Évaluation et de Contrôle/ CEC des politiques publiques publiés en février 2017 sur le jeu) souhaitent que FDJ réfléchisse à l’identification de ses clients dans son réseau physique, en particulier les clients de paris sportifs, secteur qui peut potentiellement comporter des risques en termes de jeu responsable, de fraude et de blanchiment.

•• Il s’agit pour l’État et pour FDJ d’un enjeu de jeu responsable (voir Lmdt du 21 février).

FDJ travaille à l’identification de ses clients en adoptant une démarche progressive dans le temps, proportionnée en fonction des jeux et fondée sur le volontariat, en s’appuyant sur des contreparties proposées aux clients afin de les inciter à l’identification et requérir leur adhésion.

•• C’est pourquoi FDJ a proposé un test visant à l’identification des clients de paris sportifs dans seulement 100 points de ventes qui ne proposent pas l’offre PMU, avec pour contrepartie l’accès à quelques paris en direct limités à 4 sports et à quelques matchs. Il ne s’agit pas de « live betting », paris ouverts en permanence sur internet disponible partout en France en mobilité (mobile-tablette-PC), mais d’un service incitant à l’identification des parieurs comme le souhaitent les pouvoirs publics, la Cour des Comptes et le CEC.

•• Le principe de ce test avait été approuvé par les pouvoirs publics et le Secrétariat d’État au budget par deux fois en 2015 et en 2016 (sur une durée de 18 mois assorti d’un premier bilan au 1er semestre 2017) ».