Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
9 Sep 2016 | Profession
 

Bercy MINEFI 2La confédération des buralistes a débuté jeudi la renégociation de son prochain contrat d’avenir avec Bercy, espérant trouver un accord rapidement, notamment pour obtenir un « coup de pouce » pour les buralistes frontaliers qui souffrent de la concurrence de prix plus bas dans les pays voisins, reprend l’AFP dans une dépêche de ce jeudi 8 septembre au soir (voir Lmdt des 5 et 8 septembre).

« Ce seront certainement des discussions âpres mais nous allons argumenter auprès du secrétaire d’État au budget Christian Eckert pour trouver le bon équilibre afin de maintenir le réseau des buralistes », explique Pascal Montredon, président de la Confédération.

Passés entre l’État et ces commerçants qui ont le monopole de la vente de tabac, les contrats d’avenir consistent en une aide financière apportée aux buralistes dont le chiffre d’affaires a baissé en raison de la politique de lutte contre le tabagisme.

Le troisième Contrat qui expire au 31 décembre, aura duré cinq ans, avec une dotation de 260 millions d’euros, contre 520 millions d’euros pour le deuxième et 630 millions d’euros pour le premier.

Pour le prochain, « il y a encore beaucoup d’inconnues, mais nous espérons trouver un accord rapidement, dans l’idéal avant notre congrès annuel qui se tient à Paris les 3 et 4 novembre prochains », précise M. Montredon.

Les discussions portent sur « l’évolution de la rémunération, la vente exclusive du tabac et des jeux dans les bureaux de tabac, le paquet neutre et nous souhaitons que soit apporté un coup de pouce aux buralistes frontaliers qui souffrent de la concurrence de prix plus bas dans les pays voisins », explique le président de la Confédération.

Concernant une prochaine hausse de prix du paquet de cigarettes, évoquée il y a plusieurs semaines par la ministre de la Santé Marisol Touraine, M. Montredon a rappelé « ne pas y être fermement opposé » mais « elle ne doit pas être trop violente. Si l’on veut réduire le nombre de fumeurs, il faut avant tout réduire le marché parallèle », a-t-il insisté, toujours d’après l’AFP.