Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Inde PollutionLes travaux de la septième session de la « Conférence des Parties » (COP 7) de la Convention- cadre de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) pour la lutte anti-tabac (voir Lmdt des 8 novembre et 14 septembre) se poursuivent dans une ville suffoquant sous un brouillard de pollution : depuis le début novembre, le taux de concentration de l’atmosphère en particules fines à New Delhi est 120 fois supérieur au plafond préconisé par l’OMS …

Mais les travaux en salles de conférences se déroulent aussi dans une certaine opacité : pas de témoins, ni de journalistes susceptibles d’avoir le moindre lien officiel ou officieux avec la filière tabac.

Dans un communiqué, Michiel Reerink (Global Regulatory Vice President de Japan Tobacco International / JTI) déplore que « la COP développe une culture d’exclusion et du secret avec des débats qui ont lieu à portes closes. Ce qui est en contradiction formelle avec les règles de la loi internationale ».

Ce qui est en contradiction, aussi, avec la transparence qui présidera à la COP 22 sur le changement climatique, prévue à Marrakech la semaine prochaine : les industriels y seront associés, aux côtés des représentants des gouvernements, dans la recherche de solutions opérationnelles.

C’est ainsi que l’on retrouvera, à la COP 7 sur la lutte anti-tabac, des délégations, essentiellement constituées de fonctionnaires spécialistes de santé publique, outrepasser leurs compétences en débattant de sujets liés aux techniques de tabaculture, par exemple.

Conclusion de Michiel Reerink : « la Convention-cadre de l’OMS a perdu de vue son objectif de développement de la santé au niveau mondial, au profit d’une démarche idéologique concentrée sur un combat contre les fabricants, les tabaculteurs, les vapoteurs et les fumeurs. Au point de devenir une obscure officine financée chèrement par les contribuables ».