Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
28 Sep 2017 | Profession
 

La conférence de presse faisant le point sur le Compte-Nickel – et qui s’est tenue au siège de la Confédération, ce mercredi (voir Lmdt des 26 et 27 septembre) – fait l’objet de bonnes retombées. Avec des articles permettant de considérer, sous un angle encore différend, ce que tout le monde s’accorde à qualifier désormais de grand succès dans la nécessaire transformation du réseau des buralistes

•• Les Échos présente un spectaculaire classement des agences bancaires en France. Voilà ce que cela donne :

• La Banque Postale : 9 000
• Crédit Agricole : 6 990
• Crédit Mutuel : 5 298
• Caisse d’Épargne : 4 190
• Banque Populaire : 3 294
• Compte-Nickel (fin d’année) : 3 050
• C-zam / Carrefour (fin d’année) : 3 000
• Société Générale : 2 100
• BNP Paribas : 1 964.

Et le quotidien économique d’ajouter : « Sur cette dynamique, le compte sans banque vise 2 millions de clients à l’horizon 2020 et l’extension de son réseau de distribution à 10 000 buralistes. »

Autre commentaire : « Compte-Nickel devra notamment veiller à ce que son offre soit aussi distribuée dans les zones désertées par les réseaux bancaires traditionnels alors que, pour l’heure, c’est essentiellement l’ensemble des villes de plus de 20 000 habitants qui sont couvertes.

« Pour aller au-delà, Nickel a donc prévu qu’au moins 30 % de ses nouveaux buralistes se situent dans des villages sans que ne s’applique une stricte logique économique. »

•• De son côté, Le Figaro estime que « c’est la banque la moins chère pour ceux qui ont fréquemment des difficultés financières. L’accès aux informations du compte courant en temps réel présente un avantage pour beaucoup. Chaque achat par carte, par exemple, est immédiatement débité. Un plus que n’offrent pas encore les banques traditionnelles et les banques en ligne de première génération (Boursorama, ING Direct, Hello Bank …).

« La jeune banque, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 20 millions en 2016, a atteint l‘équilibre financier en août. Une prouesse, alors que la majorité des banques en ligne de la première génération perd encore de l’argent, en raison notamment d’importantes dépenses pour acquérir de nouveaux clients. »