Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Sep 2020 | Trafic
 

Ce dimanche 27 septembre, en début d’après-midi, un homme armé d’un couteau a blessé un policier à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Une bagarre venait d’éclater vers 14 heures entre trois vendeurs de cigarettes à la sauvette, place du 8-mai-1945. Une rixe au couteau qui avait atteint l’un d’eux, poignardé à l’abdomen. Ses jours ne sont toutefois pas en danger, rapporte Le Parisien.

•• C’est en tentant de « prendre en chasse les mis en cause, qu’une tentative d’homicide à l’arme blanche a été commise à l’encontre d’un fonctionnaire de police », a indiqué le parquet de Bobigny.

Un policier de la Brigade anti Criminalité  (BAC) avait tiré avec son pistolet à impulsion électrique pour neutraliser l’un des participants à la rixe. C’est alors que « deux agresseurs d’un vendeur se sont avancés vers le policier, couteau à la main », indique une source proche de l’enquête. Le policier a alors reçu plusieurs coups à la cuisse.

Deux autres fonctionnaires ont riposté en tirant à plusieurs reprises sur ces deux hommes. L’un aurait été blessé à la jambe, l’autre au ventre, mais « aucun pronostic vital n’est engagé », précise encore le parquet.

Le service départemental de la Police judiciaire a été saisi de l’enquête.

•• Pour le directeur de cabinet du maire (PS) de Saint-Denis, qui s’est rendu sur place, ces violences illustrent le climat quotidien qui règne sur ce point critique de la revente de cigarettes : « ce sont des règlements de comptes entre différents réseaux de trafiquants rivaux, qui sont extrêmement sanglants  » (voir 18 août et 28 février).

Avec la Porte de Paris, dans le quartier de la gare de Saint-Denis, la place du 8 mai 1945 est l’un des points noirs de la revente de tabac de contrebande. Les rixes au couteau pour défendre un emplacement y sont fréquentes.

•• Reste que la ville de Saint-Denis veut faire de la lutte contre « ce fléau « , « une priorité » dans les missions de sa police municipale revue et corrigée.

« En augmentant les effectifs de notre police, nous comptons bien faire baisser cette petite délinquance de la quotidienneté qui empoisonne la vie des riverains. Des saisies régulières de ces produits sont réalisées par nos effectifs et ils procèdent à la destruction de marchandise » précise la ville dans un communiqué. (Voir aussi 27, 18 et 6 février).