Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Nov 2016 | Institutions
 

mois-sans-tabacLa rumeur publique semble bien accueillir la campagne nationale d’encouragement aux fumeurs souhaitant s’arrêter – « Le Moi(s) sans tabac » – qui correspond à ce mois de novembre.

Comme si le ministère de la Santé et la Direction générale de la Santé – après avoir imposé de force le paquet neutre, en instrumentalisant les politiques, et avoir longuement ignoré l’intérêt de la cigarette électronique – se rattrapaient avec une campagne réaliste et intelligente … « Marisol Touraine s’adresse, enfin, normalement aux fumeurs qui veulent arrêter » avons-nous titré dernièrement (voir Lmdt du 6 octobre).

•• Car cette fois-ci, il ne s’agit plus de « faire Halloween » avec le fumeur potentiel ou effectif, en pourrissant au passage la vie du buraliste … comme avec le paquet neutre.

Il ne s’agit plus de se donner bonne conscience et de justifier son impuissance devant des résultats médiocres en termes de baisse de la prévalence tabagique … en mettant tout sur le dos du « lobby du tabac ».

Il ne s’agit plus de perdre toute crédibilité en poussant à la hausse des prix du tabac … tout en ne mettant rien de sérieux en place pour lutter contre le marché parallèle.

Là, on n’est pas allé chercher l’exemple en Australie mais on s’est inspiré empiriquement d’une expérience anglaise existant depuis quatre ans.

• La campagne de ce mois de novembre vise le fumeur en ne le stigmatisant pas mais en l’aidant concrètement au jour le jour, sur un mois, avec un kit d’encouragement disponible en pharmacies. Ou sur l’application de Tabac Info Service. L’objectif est simple : tenir les 30 premiers jours. Le premier mois d’arrêt du tabac pouvant être décisif. Une histoire qui peut mobiliser les entourages.

La communication qui soutient cette campagne n’est pas traumatisante mais simple, ancrée dans la vie quotidienne et s’appuie sur des supports populaires : spots TV courts, affiches dans la rue, presse quotidienne régionale, réseaux sociaux, stands d’animation sur les places de grandes agglomérations ou lors d’événements, notamment …

Ce n’est plus seulement l’affaire de la ministre et d’une poignée de députés. Toutes les professions médicales sont mobilisées ; les tabacologues, en premier lieu …

• Plutôt que de passer le paquet à 10 euros (même si on va augmenter le prix du tabac à rouler), c’est le forfait annuel de remboursement des substituts nicotiniques qui passe de 50 à 150 euros (voir Lmdt du 31 octobre).

Les associations du monde du vapotage accompagnent l’événement à leur façon (voir Lmdt du 26 octobre).

Alors que le professeur William Loewenstein (SOS Addictions) souhaite – sur France Info, ce 1er novembre – que les buralistes soient associés à la campagne, on rappellera que cela a toujours compté dans leurs demandes (voir Lmdt du 28 octobre) et que le ministère de la Santé préfère les laisser se dépatouiller avec le paquet neutre.

Voir aussi le site « Nous sommes 13 millions de fumeurs adultes et responsables » (lien).