Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
12 Nov 2021 | Vapotage
 

Ils sont difficiles et intéressants à suivre, les débats actuels du Parlement européen sur la Vape. Surtout dans la perspective d’une révision à terme de la Directive tabac dont les travaux devraient cependant commencer en 2023 (voir 25 mai 2021 et 2 juin 2020). Mais sur le plan européen, mieux vaut anticiper.

Pour le moment, l’attention des observateurs est attirée par le débat sur le récent rapport concernant la lutte contre le cancer dont l’eurodéputée française Véronique Trillet-Lenoir (Renew/LREM) est rapporteure.

Lundi dernier 8 novembre, on a pu sentir, vis-à-vis du vapotage, plus … d’ouverture que lors d’un débat précédent (voir 16 juillet 2021). Extraits du débat.

• Peter Liese (Allemagne / PPE) : Je continue à penser que les cigarettes électroniques sont un moyen pour les fumeurs de décrocher du tabac mais il faut faire attention que cela n’entraine pas les jeunes sur le chemin de la cigarette. Il y a donc des conséquences sur les questions de goût, je le sais par expérience parce que je suis médecin, les cigarettes électroniques n’ont pas le goût des cigarettes habituelles. Elles sont moins dangereuses mais il y a certains goûts qui s’adressent directement aux enfants, sur ces saveurs là il faut trouver des compromis

• Nicolás González Casares (Espagne / Socialistes et Démocrates) : Certains amendements concentrent tous les risques sur le tabac, les cigarettes électroniques et les moyens de fumer. Une étude récente a découvert 2000 substances toxiques dans les cigarettes électroniques, dont une majorité non-identifiables. Dans celles qui ont pût être identifiées, 6 sont potentiellement nuisibles dont 3 substances chimiques qui n’avaient jamais été identifiées dans les cigarettes électroniques avant.

Des données telles que celles-ci ont montré ce que nous soupçonnons sur ces produits, et comment l’industrie les utilisent pour capter de nouveaux fumeurs, ce qui devrait enclencher une réflexion profonde sur ces questions …

• Joëlle Mélin (France / Identité et Démocratie) : Certains points nous semblent peut-être à moduler, en particulier ce qui concerne le tabac, l’alcool et la nourriture qui certes sont des éléments qui peuvent être cancérigènes mais qui sont aussi des éléments de plaisir … 

• Véronique Trillet-Lenoir (France, rapporteure) : Sur la problématique des cigarettes électroniques, nous sommes dans une vision de compromis visant surtout à encadrer leur attractivité parmi les plus jeunes … 

• Tomislav Sokol (Croatie / PPE) : Sur la question des cigarettes électroniques, j’ai lu énormément d’études scientifiques, il n’y a pas vraiment de consensus. Nous ne pouvons pas tout mettre sur un pied d’égalité entre le tabac et d’autres sujets …

• John F. Ryan ( Commission européenne – DG Santé, département santé publique) : Sur les cigarettes électroniques je voudrais attirer votre attention sur le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux, comité de la commission qui a produit un avis sur le risque de la cigarette électronique : le comité a conclu qu’il n’y avait pas de preuves que la cigarette électronique aiderait les fumeurs à décrocher. Donc, nous pensons que la cigarette électronique devrait relever de la législation pharmaceutique …

• Véronique Trillet-Lenoir, rapporteure : En effet, il n’est pas prouvé que les substituts nicotiniques en général permettent à 100% des fumeurs de décrocher à 100% mais il est néanmoins probable qu’il y ait là un moyen de réduire le risque et c’est un moyen que nous devons regarder avec intérêt, même si nous devons être vigilants sur les effets secondaires de ces substituts, en particulier de la cigarette électronique.