Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

AustralieÉconomie bousculée après la fin de l’âge d’or minier, croissance plombée par le ralentissement de la Chine et par la chute des prix des matières premières … Avant d’annoncer la tenue d’élections anticipées en juillet prochain, le gouvernement de Canberra a présenté, ce mardi 3 mai, un budget choc pour remplir les caisses de l’État : la lutte contre l’optimisation fiscale des multinationales … et une nouvelle augmentation massive de la fiscalité du tabac.

L’accise sur les produits du tabac devrait ainsi continuer à augmenter de 12,5 % par an entre 2017 et 2020 (soit le même rythme qu’entre 2013 et 2017 / voir Lmdt du 1er août 2013) pour finir par représenter 69 % du prix d’un paquet.

De sorte à ce que le paquet (de 25) puisse dépasser, en septembre 2020, les 40 dollars australiens (soit pratiquement 30 euros) – voire les 45 dollars – contre 25 dollars actuellement. Avec toutes les augmentations précédentes, on arriverait à une hausse de 343 % en 20 ans.

Cette dernière mesure laissant espérer un apport fiscal de 4,7 milliards d’euros australiens dans les caisses de l’Etat, toujours au cours des quatre prochaines années.

Bien sûr, cette mesure « coup de poing » est présentée comme une arme de santé publique. D’une part, l’OMS recommande un taux d’imposition de 70 % (nous en sommes à 81% en France).  Et les documents gouvernementaux mettent en avant l’impact des hausses successives sur la prévalence tabagique : 25 % de la population en 1993, contre moins de 15 % en 2013.

Mais prudemment, le gouvernement a pris en compte la menace d’une explosion du marché parallèle : avec une allocation de 7,7 millions de dollars pour renforcer l’action des douanes (Australian Border Force).

À ce niveau de prix, le tabac en vrac arriverait à un coût comparable à des substances illicites comme la marijuana, font remarquer des observateurs.