Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
31 Mai 2021 | Vapotage
 

À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, organisée chaque 31 mai à l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé, Seita Imperial Brands réitère son appel aux pouvoirs publics de se positionner clairement sur les produits de la vape comme alternative efficace à la cigarette (voir 26 mai).

En février 2021, le Gouvernement annonçait une ambitieuse Stratégie décennale 2021-2030 de lutte contre les cancers. Seita Imperial Brands, engagée dans le secteur de la cigarette électronique depuis 2012 et qui a lancé le premier système de vape fermée en juin 2018, s’étonnait alors que la vape figure aux grands absents de cette stratégie. Et pourtant :

la France compte aujourd’hui plus de 2 millions de vapoteurs, à 98,2 % anciens fumeurs, selon les études Santé Publiques France ; elle est également le choix n°1 des fumeurs français dans l’arrêt de la cigarette ;

la vape est 2 fois plus efficace que les substituts nicotiniques dans l’arrêt du tabac, comme le démontre l’étude du Professeur Peter Hajek, parue en 2019 dans le New England Journal of Medecine. Une donnée confirmée par en 2020 par l’étude Cochrane;

depuis 2009, 6915 études ont été publiées sur la vape, dont 1522 en 2020, démontrant que la vape est 95% moins nocive que la cigarette ;

Santé Publique France, l’Institut Pasteur Lille 8 ou encore l’Organisation Française des Drogues et des Toxicomanies ont publié des rapports sur la moindre nocivité de la vape ;

la Haute Autorité de Santé, l’Académie de médecine, ou, plus récemment, l’Institut National du Cancer ont pris position pour une promotion de la vape dans l’arrêt du tabac ;

le Royaume-Uni, se positionnant clairement en faveur d’une stratégie de réduction des risques, a fait baisser le taux de prévalence tabagique à 13,9% de sa population (en France, ce taux est de 30,1%)en partie grâce à la cigarette électronique

Aujourd’hui, les très nombreuses études démontrent la moindre nocivité de la vape, ainsi que son efficacité pour accompagner la sortie du tabac. À quand une position claire des pouvoirs publics, à l’instar de celle du gouvernement britannique ?