Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Sep 2016 | Pression normative
 

Lycée fumeurProviseure d’un établissement parisien de 2 000 élèves, elle (S. sous couvert de l’anonymat) a bravé, dès le 15 novembre, la loi Évin en autorisant aux élèves de fumer dans la cour.
En écho à la fronde de Philippe Tournier, secrétaire national du SNPDEN (premier syndicat des chefs d’établissement) – qui a réclamé une dérogation, par voie législative à défaut d’une décision gouvernementale (voir Lmdt du 9 septembre 1 et 2) -, elle a témoigné de sa hiérarchie des priorités dans 20 minutes de ce jeudi 8 septembre.

• « Environ 500 élèves sortaient devant l’établissement lors des trois récréations, soit pour fumer, soit pour accompagner les fumeurs. Et le trottoir devant l’établissement fait 12 mètres de large, on peut facilement y faire circuler un véhicule. Les parents, les profs et les élèves étaient inquiets. J’ai donc pris la décision dans l’urgence de créer des espaces fumeurs dans la cour ». Décision soutenue par les fédérations de parents d’élèves et qui n’a suscité que de rares critiques dans son entourage.

• « La zone fumeur fait 10 mètres carrés, j’ai immédiatement fait en sorte qu’elle soit respectée par les fumeurs. Et curieusement, leurs accompagnateurs sont bien moins nombreux que lorsque les élèves fumaient dehors », précise S. « Les élèves ne se permettent plus de fumer du shit comme ils le faisaient parfois devant le lycée et les dealers qui traînaient devant sont partis ailleurs », constate-t-elle.

• S. n’estime pas pour autant favoriser le tabagisme : « le message anti-tabac est seriné de la 6ème à la terminale à tous nos élèves ». Son établissement est toutefois sous le coup d’un recours de deux associations anti-tabac (voir Lmdt du 12 avril).