Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Avr 2019 | L'essentiel, Profession
 

« Unsmoke » : le problème avec ce néologisme anglo-saxon, c’est qu’il est difficile à traduire en français. « Non-tabac » ? « A-tabac » ?

Même chez Philip Morris France, la question reste ouverte.

•• On comprendra de quoi il s’agit à la teneur du message diffusé, depuis la semaine dernière, par Philip Morris International : soit l’initiative de « The Year of Unsmoke », accompagnée « d’une invitation pressante à agir adressée aux fumeurs, non-fumeurs, régulateurs et acteurs du changement de tous pays pour proposer de nouveaux horizons au 1,1 milliard de fumeurs dénombrés dans le monde ainsi qu’à leurs familles et leurs entourages. »

•• « Cela doit être d’une clarté cristalline » martèle Jacek Olczak (Chief operating officer de PMI) :

« Si tu ne fumes pas, ne commence pas,
« Si tu fumes, arrête,
« Si tu n’arrêtes pas, change,
« C’est cela … Unsmoking.

« Il est un fait que la combustion génère la grande majorité des produits chimiques nocifs que l’on trouve dans la fumée de cigarette. Éliminer drastiquement la combustion réduit les proportions de ces produits nocifs. Le consensus se fait grandissant parmi les scientifiques et les experts de santé publique selon lequel les produits, qui ne brûlent pas et sont fondés sur la science, correspondent à un meilleur choix que les cigarettes. »

•• Philip Morris International éclaire sa démarche en partant du constat que, malgré tous les efforts à travers le monde pour inciter les gens à arrêter ou à ne pas commencer de fumer, l’Organisation mondiale de la Santé prévoit qu’il y aura encore à peu près le même nombre de fumeurs en 2025 qu’aujourd’hui.

•• « Il y a des personnes et des organisations qui préfèrent encore s’investir dans un combat idéologique. Leur discours controversé provoque l’incrédulité parmi les fumeurs (…) Il en résulte que des gens continuent à fumer des cigarettes dont les effets nocifs sont pourtant bien établis » constate Jacek Olczak.

« Le bon sens commande d’arrêter l’approche idéologique et de se fixer ensemble des étapes concrètes vers un même but : faire disparaître l’acte de fumer de notre monde et encourager 1,1 milliard de femmes et d’hommes à switcher pour de meilleures alternatives si elles n’arrêtent pas. »

•• « The Year of Unsmoke » contribuera à cet objectif à travers un débat associant des fumeurs, des non-fumeurs, des citoyens engagés, des responsables politiques, des régulateurs et d’autres parties-prenantes.

« C’est le bon moyen pour que les gens puissent choisir, en connaissance de cause, les alternatives qui sont à leur disposition et il est de la responsabilité des politiques d’y contribuer. »

•• PMI fait état d’une nouvelle étude, à l’échelle internationale, de l’institut Povaddo (4 545 sondés dans 20 pays) indiquant que 79 % des personnes interrogées soutiennent cette démarche de Philip Morris International et que 73 % estiment une bonne chose que le groupe transforme son business-modèle : en quittant la cigarette pour ne vendre que des solutions alternatives comme les e-cigarettes ainsi que  les produits à tabac chauffé et non-brûlé.

•• Rappel : à date, PMI a investi 6 milliards de dollars (5,31 milliards d’euros) en Recherche et Développement, fabrication et commercialisation de produits autres que la cigarette. Alors que 400 scientifiques et ingénieurs sont dédiés à ce chantier R&D.

Voir aussi Lmdt des 24 janvier et 4 mars.

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.