Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Nov 2018 | Trafic
 

Ils ne revenaient pas précisément de vacances, les deux hommes interceptés, l’été 2017, au péage d’Ancenis (Loire-Atlantique) avec plus d’une tonne de tabac contrefait : 6 200 cartouches de Marlboro (voir Lmdt du 29 juillet 2017).

Les deux cousins (34 et 46 ans) ont comparu devant le tribunal correctionnel de Nantes, ce lundi 5 novembre, pour des faits de détention et d’importation de tabac contrefait commis en bande organisée.

•• Le plus âgé, commerçant vivant entre la Tunisie et l’Italie, avait été placé en détention provisoire depuis quinze mois. Son casier est vierge. L’autre prévenu, un artisan nantais connu de la justice pour une conduite sans permis, avait été libéré sous bracelet électronique en avril dernier.

•• En garde à vue, le chauffeur avait prétendu ne rien savoir de l’existence de la marchandise frauduleuse, dissimulée entre des poteries. Le passager, lui, avait reconnu trois précédents trajets entre Gènes et la région parisienne. Sans donner le nom des commanditaires, il avait expliqué qu’un cousin avait profité d’un « arrangement » avec les douanes tunisiennes pour acheminer la marchandise de la Tunisie à l’Italie, par bateau, avant de faire le trajet jusqu’à Paris en camionnette. Le tabac proviendrait d’Algérie.

•• Après délibération, le tribunal a rejeté la qualification de bande organisée et n’a pas réussi à établir de hiérarchie entre les deux prévenus. Ils ont été condamnés solidairement à vingt mois de prison et à une amende de 217 000 euros.

Ils devront, en outre, indemniser Philip Morris France, marque dont dépend Marlboro, qui s’était constitué partie civile au titre du « préjudice économique et d’image ».