Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Sep 2020 | Trafic
 

Plus ou moins loquaces face à la justice, les deux hommes de nationalité syrienne, interceptés dans la nuit du 31 août avec un stock de 14 000 paquets de cigarettes et deux sacs contenant 29 550 euros en billets (voir 2 septembre).

•• « Je n’étais pas au courant, j’accompagnais seulement mon ami, je n’ai rien vu », a assuré le passager, ce mercredi 2 septembre, à la barre du tribunal judiciaire de Vienne.

Le conducteur, qui avait refusé de s’expliquer durant sa garde à vue, s’est montré un peu plus bavard : « à cause du coronavirus, je n’ai plus de travail en Allemagne. Depuis cinq mois, je n’ai pas touché un euro. J’ai donc essayé de faire un peu de commerce. Je comptais échanger les cigarettes avec des produits alimentaires français. Je ne savais pas que c’était illégal en Europe ».

•• « On appelle cela du trafic international de cigarettes », a rétorqué le ministère public, qui réclame dix-huit mois de prison ferme.

Ils ont respectivement écopé de dix et six mois de prison ferme. Tous deux se sont vu signifier une interdiction de territoire français pour une durée de cinq ans et devront s’acquitter de deux amendes douanières à hauteur de 170 000 euros.