Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Fév 2019 | Profession
 

Après l’annonce hier de Guillaume Pepy, président de la Sncf (voir Lmdt du 26 février), Philippe Coy a confirmé ce matin, au micro de RMC, l’intérêt qu’il portait à la vente chez les buralistes de billets TER. Et de répondre aux premières critiques. 

« Je ne crois pas qu’on soit là pour se substituer à quiconque. On est là pour compléter l’offre et je dirai même l’améliorer : l’amplitude horaire dans notre réseau, c’est au minimum 10 heures.

« Donc, il n’y a pas de régression de la qualité de service public, mais une extension, une adaptation, une modernisation. Et je crois que le réseau des buralistes sait le faire. Dans le passé, on l’a déjà fait avec les vignettes ou lors du changement de monnaie franc-euro. Le réseau sait répondre à des intérêts publics comme celui-là. »