Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Déc 2016 | Trafic
 

Insalubrité, délinquance, invasion des trottoirs, harcèlement des revendeurs de cigarettes … La place de La Chapelle dans le 18ème arrondissement de Paris (voir Lmdt des 7 juillet et 10 mai) – à une station de métro de Barbès –  était en débat ce mardi 13 décembre au Conseil de Paris, suite à la pétition « SOS La Chapelle » lancée par les riverains.

•• Les vendeurs à la sauvette de la place de la Chapelle ne semblent pas inquiétés par les forces de police, comme a pu le constater une équipe de BFM TV, présente plus d’une heure à proximité : « au passage d’un véhicule, les vendeurs s’avertissent mutuellement et aucune patrouille ne stationne sur place. A la nuit tombée, la zone est presque plongée dans le noir, mais le trottoir reste lui gorgé de monde … »

•• Téléphones, cigarettes, chaussures sont vendus à même le trottoir où les vendeurs à la sauvette s’amassent. Comme Islam, interrogé par Sud Radio : « ça c’est de la cigarette qui vient du bled, de l’Algérie, fabriquée là-bas. Je me lève tôt et je suis ici dès 9 heures. Les cartouches, je les achète à des grossistes ou à des voyageurs venant du bled : des Algériens, des Tunisiens, des Marocains. Quand on voit de grosses valises avec des étiquettes « Tunisair » ou « Air Algérie », on leur demande s‘ils ont des cigarettes. C’est comme ça qu’on achète ». Avec un paquet à 5 euros, Islam « se ferait » 30 euros de bénéfices par jour … de quoi payer l’hôtel et la nourriture.

•• Ce qui a attisé la colère des riverains, c’est un courrier co-signé des maires des 10ème et 18ème arrondissements, demandant à la Préfecture de Police « un dispositif policier dissuasif » pour désengorger le carrefour de Barbès (voir Lmdt du 9 octobre) … Mais sans un mot sur le métro et la place de La Chapelle.