Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Sep 2019 | E-cigarette
 

Selon Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce jour, les autorités sanitaires françaises renforcent la vigilance sur la cigarette électronique et expliquent « surveiller la situation attentivement » à la suite des cas de décès et d’hospitalisations enregistrés aux États-Unis. 

Santé Publique France élabore actuellement, avec des pneumologues et anesthésistes-réanimateurs, un outil d’alerte visant à faire remonter les cas suspects d’intoxication à l’e-cigarette.

•• Après l’effet d’annonce et une « Une » alarmiste, le quotidien ne fournit pas plus de détails mais insiste sur la « suspicion qui a traversé l’Atlantique et les esprits des trois millions de consommateurs ».

« On pensait avoir trouvé un remède contre le tabac mais, depuis l’affaire aux États-Unis, c’est comme si on vivait avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête » confie un vapoteur.

« En consultation, les patients s’inquiètent. Il y a des médecins qui me demandent si c’est dangereux » constate le pneumologue Thierry Urban, défenseur de la première heure. Comme lui, les addictologues tiquent et organisent la riposte.

•• Communiqués de presse, interventions, tweets. Leur plus grande peur, que les anciens fumeurs renouent avec leurs vieux démons : la clope. « C’est facile d’instiller le doute, c’est beaucoup plus difficile de rassurer » souligne l’épidémiologiste Gérard Dubois.

•• Pourtant, dans l’Hexagone, aucune comparaison possible, rassure Le Parisien / Aujourd’hui en France. Contrairement aux États-Unis, l’e-cigarette est bien plus contrôlée et la publicité interdite. « La teneur en nicotine des produits de vapotage est limitée à 20 mg/ml », nous rappelle l‘Agence de sécurité sanitaire (Anses) contre 50 mg/ml outre-Atlantique.