Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Nov 2018 | E-cigarette
 

Dans la dernière livraison du Losange (voir Lmdt du 23 novembre), Nathalie Eyrolles (directrice Produits à Risque réduit chez JTI France) revient sur les évolutions récentes du marché du vapotage en France. Sujet d’actualité chez les buralistes, s’il en est.

•• Sur les évolutions actuelles du marché

« Je retiens deux points qui m’apparaissent prépondérants sur l’ensemble de l’évolution : la métamorphose de la distribution avec certains côtés inquiétants et le rapprochement des acteurs.

« Depuis le début de notre aventure, la distribution ne cesse d’évoluer (…) Aujourd’hui, les ventes en ligne et chez les buralistes s’amplifient (voir Lmdt du 23 novembre). Les consommateurs ont de plus en plus de recours à Internet pour des pratiques d’achat que je qualifierai d’atomisées. Ils vont chercher des ingrédients pour constituer leurs propres liquides, le plus souvent à partir de recettes elles-mêmes trouvées en ligne. Cette nouvelle consommation « do it yourself » pourrait ne pas être sans risque pour l’apprenti-concepteur.

« D’autre part, les principaux acteurs se consolident entre eux. Les alliances et associations professionnelles se sont récemment multipliées. C’est aussi un témoin de la métamorphose du marché qui va dans le bon sens (…)  Plus les intérêts sont communs, plus les acteurs voulant jouer cavalier seul ou franc-tireur en proposant des produits à risque seront isolés. Un vrai signe positif (…)

« Il faut garantir à chacun une qualité et une sécurité dans sa pratique de la vape. »

•• Sur l’avenir du marché

« Sans hésiter, je pense que la capacité d’innovation sera primordiale demain.

« Aujourd’hui, le marché se caractérise encore par l’hétérogénéité des offres produits. Dans le même temps, un grand nombre d’acteurs indépendants opèrent, chacun se revendiquant expert. L’attente de conseil du consommateur demeure par ailleurs un sujet capital.

« Face à ce constat, ce qui pourrait apparaître évident reste à souligner : les grands groupes, comme JTI, peuvent mettre en place des programmes de R&D ambitieux et sans cesse innover pour garantir la meilleure qualité et la plus grande sécurité, tout en élargissant et en adaptant continuellement leur offre pour répondre aux meilleures attentes.

« Cela se traduit très concrètement chez nous. JTI a déjà investi 500 millions de dollars en 2018 en recherche et développement dans les produits à risque réduit. Et le groupe s’est engagé à hauteur d’un milliard de dollars pour les trois ans à venir ».