Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Mar 2021 | Vapotage
 

Le numéro de mars du Losange (voir 4 mars 2021) publie un entretien avec Vincent Durieux, président de l’entreprise Maison du Vapotage (Nhoss/Concept Arôme, voir 21 janvier 2020) et de l’association France Vapotage (voir 11 mars et 4 février 2021).

Il y confie ses craintes quant à l’élaboration de la prochaine Directive tabac européenne (voir 11 mai 2020 et 25 mars 2021). Extrait.

•• « Tout d’abord, je déplore qu’une nouvelle fois de mauvaises, voire de fausses informations soient diffusées au niveau européen ou français. Par exemple, le rapport Scheer (sur lequel, entre autres, se fondera l’Union européenne pour réviser la Directive Tabac / ndlr / voir 2 novembre 2020) se concentre sur des études de 2014 à 2016 et omet celles réalisées depuis 2018, alors que la vape est un secteur jeune.

« Les études récentes confirment l’impressionnante réduction des risques que représente la vape pour les fumeurs, et confirment que c’est bien la combustion du tabac qui est le problème et pas la nicotine.

•• « À ce jour, si nous ne savons pas encore précisément quelles directions prendront l’Union européenne et la France concernant la vape, nous pouvons néanmoins craindre une surfiscalisation et une limitation des arômes.

« Les associations de vapoteurs, d’industriels du secteur comme France Vapotage ou même de la santé mènent des actions pour alerter les autorités et réaffirmer que la cigarette électronique est l’outil le plus utilisé par les fumeurs pour diminuer ou arrêter leur consommation de tabac. Ces associations rappellent aussi que le vapotage dans son ensemble est un secteur important pour l’économie et l’emploi.

•• « L’Europe se place dans un horizon de temps à moyen ou long terme concernant la révision de la TPD/ Directive Tabac européenne. Pour l’instant, elle évalue ses impacts positifs et négatifs et la France n’a toujours pas pris de position officielle sur son évolution.

« Un point essentiel à retenir est que le Royaume-Uni, qui vient de quitter l’UE, a promu la vape depuis longtemps comme outil de réduction des risques et de sevrage et elle connaît de bien meilleurs résultats que la France en termes de lutte contre le tabac. »