Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Fév 2020 | Associations, E-cigarette
 

Il y a huit mois, les médias comme l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’emparaient des conclusions émises par les chercheurs Glantz et Bhatta de l’Université́ de Californie. Ces derniers établissaient un lien de causalité́ entre vapotage et crise cardiaque.

Le Journal of American Heart Association (JAHA) vient d’annoncer le retrait de cette publication de ses colonnes, car elle comptabilisait les crises cardiaques survenues chez les consommateurs de cigarette électronique avant que ces derniers n’aient commencé à vapoter.

« Une erreur méthodologique majeure dont les consommateurs et la filière ont été́ les premières victimes ! » déclare France Vapotage dans un communiqué que nous reproduisons intégralement.

•• « France Vapotage, fédération des fabricants de produits du vapotage, ne peut que saluer l’honnêteté́ intellectuelle et scientifique de cette revue médicale américaine. Elle espère vivement que cette information sera reprise dans les médias, qui lors de la publication de l’étude avaient largement relayé ses conclusions (près de 800 retombées dans le monde !).

France Vapotage continue cependant de s’émouvoir et de s’inquiéter des répercussions que de telles déclarations produisent sur la santé publique.

•• « En effet, si l’on ne peut pas pour le moment prouver sa totale innocuité́ sur le long terme, le vapotage est indubitablement et sans commune mesure moins nocif que le tabac. Plusieurs études ont ainsi démontré́ que la vapeur de la cigarette électronique contenait 95 % d’émissions nocives de moins que la cigarette tabac. Elle ne comporte notamment ni goudrons, ni monoxyde de carbone. Bien sûr, d’autres études scientifiques, notamment épidémiologiques avec de larges cohortes, doivent désormais établir l’impact du vapotage sur la santé à long terme.

« Par ailleurs, en France, la cigarette électronique est l’outil d’aide au sevrage tabagique le plus utilisé par les fumeurs qui ont réalisé́ une tentative d’arrêt de leur consommation de tabac, et ce, devant les patchs et autres substituts nicotiniques.

•• « Plus globalement, France Vapotage souhaite plus de modération et de raison dans les débats relatifs à̀ la cigarette électronique. Elle déplore la multiplication des communications anxiogènes, alarmistes, souvent contradictoires, parfois totalement farfelues, autour de ce produit. Toutes ces communications font naître et entretiennent le doute dans l’esprit des fumeurs. Elles fragilisent une alternative au tabac qui a fait la preuve de son efficacité́.

Les fumeurs qui tentent d’arrêter n’ont pas besoin qu’on joue avec les peurs et qu’on multiplie les polémiques. Ils ont besoin d’un débat apaisé, fondé non sur des préjugés mais sur des approches et des connaissances scientifiques solides.

•• « C’est dans cet esprit que notre fédération demande aux pouvoirs publics de :
. diligenter plus d’études sur l’usage et la pratique de la cigarette électronique ;
. restaurer le groupe de travail « vapotage » au sein de la direction générale de la santé afin de disposer d’un véritable et unique espace de dialogue pour l’ensemble des acteurs du vapotage » (voir 11 février 2020).