Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Fév 2019 | E-cigarette
 

Vapeurs de fin de mandature. 

Les cigarettes électroniques sont peut-être moins dangereuses, mais elles restent un … « poison », a déclaré Arūnas Vinčiūnas, chef du cabinet du Commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis (voir Lmdt du 30 mai 2017), lors d’un évènement organisé par le site d’informations Euractiv, la semaine dernière.

On sait que les chefs de cabinet ont beaucoup d’influence à Bruxelles …

•• Arünas Vinčiūnas a insisté en affirmant que la Commission s’opposait à considérer les cigarettes électroniques et autres produits de nouvelle génération de l’industrie comme des produits sains.

« Certains rapports scientifiques concluent que les cigarettes électroniques sont moins nocives que les cigarettes, mais c’est toujours du tabac (sic). « Ce serait comme dire qu’on boit du poison mais qu’on en boit moins », a-t-il ajouté. « Il y a une solution bien plus simple que la cigarette électronique, qui est d’arrêter de fumer. »

En marge de cet événement, le chef de cabinet a expliqué que la législature actuelle (qui se termine avec les élections de mai) n’avait cependant aucun projet, à court terme, relatif aux nouveaux produits de l’industrie du tabac. « Un rapport sur la cigarette électronique devrait être écrit d’ici 2021, comme prévu par la directive Tabac », a-t-il confirmé.

•• Le Commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis, lui-même, n’est pas en reste, toujours selon Euractiv. Lors d’un discours tenu à Athènes plus tôt dans la semaine, il a déclaré : « Nous ne pouvons pas nier la réalité. Nous ne pouvons pas continuer à prétendre que les cigarettes électroniques servent à arrêter de fumer quand autant de jeunes commencent à fumer avec ce produit » (sic)

•• Lors de cette visite à Athènes, celui-ci a également critiqué l’incapacité du gouvernement grec à instaurer une loi efficace de lutte contre le tabagisme. Voté en 2008, le texte visant à interdire de fumer dans les lieux publics n’a jamais été réellement mis en vigueur, selon lui : « plus de 80 % des Grecs considèrent que la position du gouvernement par rapport au tabac est une dégradation culturelle du pays. »

Toujours pendant son discours, Vytenis Andriukaitis a montré une photo du vice-premier ministre grec de la santé, Pavlos Polakis, en train de fumer dans un lieu public. « C’est déplorable », a commenté Andriukaitis, suggérant que le parlement grec devait traiter ce problème de toute urgence. « Ce n’est pas une question de volonté propre : fumer dans un lieu public est une atteinte aux droits de l’Homme ».