Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Nov 2017 | Vapotage
 

À l’occasion de l’opération « Moi(s) sans tabac 2017 », la marque blu – leader aux États-Unis et référence mondiale dans le domaine du vapotage (voir Lmdt du 26 octobre) – a souhaité connaître l’opinion et les connaissances des Français sur la cigarette électronique.

Or, cette étude révèle que l’alternative au tabac représentée par la cigarette électronique, pourtant mieux reconnue par les pouvoirs publics, est encore victime de certaines idées reçues négatives (enquête exclusive de l’institut Harris Interactive, réalisée auprès d’un échantillon de plus de 3 000 adultes, représentatif de la population française, fumeurs et non-fumeurs).

•• L’étude confirme ainsi que la population des vapoteurs au sens large (occasionnels ou réguliers) représente déjà le tiers de celle des fumeurs de tabac (9 % des Français contre 27 %) et que les Français établissent une distinction nette, en termes de santé, entre les risques liés à la consommation de tabac et ceux correspondant à l’utilisation d’une cigarette électronique.

Ainsi, 57 % des Français estiment que la cigarette électronique représente un risque moins important que le tabac.

•• Mais plus d’un Français sur deux (52 %) suppose … l’existence d’un risque pour les personnes se trouvant à proximité (vapotage passif). Ceci, alors que le Haut Conseil de la Santé Publique a conclu en 2016 que « les risques liés au vapotage passif sont nuls ou extrêmement limités pour les tiers » (voir Lmdt des 24 et 26 février 2016).

D’ailleurs, depuis le 1er octobre, la loi reconnait la possibilité d’utiliser la cigarette électronique dans les lieux publics tels que les bars, les restaurants ou les hôtels, par exemple.

•• Ce paradoxe s’explique par « le sentiment d’être mal informé sur la cigarette électronique », partagé par près de 2 Français sur 3 (63 %). Et les vapoteurs eux-mêmes ne se sentent bien informés qu’à une courte majorité (54 %).

•• Pour Sergio Giadorou, Directeur Général de blu France : « la cigarette électronique est un dispositif efficace en termes de santé publique. Ainsi que le reconnaissent les autorités de santé, ses risques éventuels sont sans commune mesure avec ceux du tabac et les Français ne le savent pas ! Alors que la campagne Stopober, équivalent de notre « Mois sans tabac », a rallié plus de 1 millions de fumeurs britanniques, à ce jour, en préconisant son usage …

« Il faut que les Français soient mieux informés des bénéfices de la cigarette électronique. »