Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Sep 2019 | E-cigarette
 

Dans un communiqué publié ce jeudi 12 septembre, France Vapotage (voir Lmdt des 30 juillet et 28 mai) appelle les pouvoirs publics à agir en faveur d’une vape responsable afin de protéger les fumeurs en recherche de solutions efficaces pour diminuer ou arrêter leur consommation de tabac. Nous le reproduisons intégralement.

« Cet été́, l’émergence de maladies pulmonaires sévères touchant entre 200 à 450 personnes sur l’ensemble du territoire américain a été́ attribuée de manière directe ou indirecte le vapotage. Plusieurs décès ont depuis été́ annoncés (voir Lmdt du 9 septembre).

« Pourtant, les autorités sanitaires américaines ont très vite relevé́ un point commun aux victimes. Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies américaines, tous les malades ont inhalé des produits nicotiniques et du cannabis. De nouveaux éléments ont ensuite indiqué que des huiles issues d’un produit chimique dérivé́ de la vitamine E, présente dans des produits contenant de l’huile de THC, psychotrope issu du cannabis, seraient à l’origine de ces décès.

•• « Il semblerait donc que ces incidents soient survenus dans un contexte inapproprié́ d’utilisation de la cigarette électronique, les victimes auraient utilisé́ des produits illégaux, visiblement issus du marché́ noir et ayant trait à̀ la consommation de psychotropes. La FDA (Food and Drug Administration) a ainsi diligenté une enquête approfondie et a émis les recommandations suivantes afin de protéger les consommateurs : « éviter d’acheter des produits de vapotage de toutes sortes dans la rue et s’abstenir d’utiliser de l’huile de THC ou de modifier / ajouter des substances aux produits achetés en magasin ».

« Malheureusement, tous les raccourcis et tous les amalgames possibles ont été́ effectués dans certains médias américains et français quant à̀ la pratique de la vape. Des pratiques dévoyées ont ainsi été́ de manière totalement irrationnelle assimilées à l’usage de la grande majorité́ des vapoteurs, qui ont pourtant trouvé dans l’utilisation de la cigarette électronique une réponse adaptée à leur volonté́ de diminuer ou d’arrêter la consommation de tabac.

•• « Depuis le lancement de la fédération en juillet 2018, France Vapotage sensibilise les pouvoirs publics et politiques à la nécessité́ d’une règlementation adaptée appliquée aux produits du vapotage.

« Il est urgent d’agir car avec plus 3 millions de vapoteurs français et alors que la cigarette électronique est l’outil reconnu par l’agence nationale de santé publique comme le plus efficace et le plus utilisé pour réduire la prévalence tabagique, il importe d’entendre le message porté par les fabricants et professionnels d’une vape responsable et de créer un dialogue avec les opérateurs responsables. Il est primordial que l’État se positionne afin d’apporter une information adéquate aux fumeurs sur le vapotage, ce qui permettra d’éviter les amalgames sur le produit dans la presse.

•• « Par ailleurs, il est fondamental de rappeler que :
• la vapeur produite par la cigarette électronique contient 95 % de substances toxiques en moins que la fumée
de cigarettes ;
• Santé Publique France estime qu’entre 2010 et 2017, la cigarette électronique aurait permis à 700 000 fumeurs quotidiens de décrocher du tabac.

•• « Le Royaume-Uni, dont la prévalence tabagique était, il y a quelques années seulement, équivalente à celle de la France, a considérablement réduit le nombre de ses fumeurs. La prévalence tabagique y est aujourd’hui de 15%, moitié moindre qu’en France. Cette baisse considérable s’explique en grande partie par le choix des autorités britanniques de santé d’adopter une démarche pragmatique fondée sur la réduction des risques et qui intègre la cigarette électronique dans la panoplie des alternatives proposées aux fumeurs souhaitant réduire ou arrêter leur consommation de tabac.

« Avec une prévalence tabagique parmi les plus élevée d’Europe (31,9 % en 2017) et 12 millions de fumeurs, la France doit impérativement saisir l’opportunité du vapotage en matière de santé publique et agir en faveur d’une vape responsable en protégeant les consommateurs des dérives observées à l’étranger. »