Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mar 2018 | Profession
 

La suggestion apparaît dans une question écrite à Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé. Question déposée par Philippe Latombe, député de Vendée (Modem / LREM). Lequel est, pour tout vous dire, en contact avec le président des buralistes de Vendée, Jacques Remaud.

Dans sa question, le jeune parlementaire ne prend pas de risque en estimant qu’il « n’est pas encore possible d’évaluer l’impact du paquet neutre sur la consommation de tabac des Français sans étude précise et sérieuse sur le sujet ».

•• Mais il revient, ensuite, sur le vécu des buralistes : « sans repère visuel autre que la dénomination, la mise en place des emballages neutres a augmenté la durée des inventaires, celle de la réception des livraisons, celle de l’ensemble de la gestion des stocks et des flux par deux ou trois … »

« S’il est du devoir du législateur de lutter contre le tabagisme, il est aussi important de veiller à ne pas pénaliser fortement la gestion de leur activité par les professionnels. Permettre aux buralistes d’optimiser le temps lié à leur activité tabac est un élément clé pour qu’ils puissent se consacrer au développement d’autres activités, notamment de proximité, et à la transformation de leur modèle. »

•• « C’est pourquoi, après avoir attiré l’attention du ministre sur les difficultés de gestion auxquelles font face les buralistes, il souhaiterait savoir si la mise en place de gommettes de taille réduite améliorant la lisibilité des paquets, sans revenir aux paquets européens, pourrait être envisageable. La codification des gommettes pourrait éventuellement intégrer une notion de nocivité. »