Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Déc 2017 | Profession
 

Un commando d’une demi-douzaine d’hommes encagoulés a fait irruption au domicile du patron d’un bar-tabac de Villemomble, vers 19h30 ce lundi 18 décembre. Une soirée de cauchemar racontée en détail par Le Parisien, d’après les premiers témoignages. Et en attendant plus d’éléments de l’enquête. 

•• Son épouse attendait, dans leur domicile installé à Clichy, que son mari rentre du travail, avec sa fillette de deux ans et la tante de cette dernière, lundi soir : quand les malfaiteurs s’introduisent chez elle. Les deux femmes sont aspergées de gaz lacrymogène. L’épouse est ligotée et descendue de force au sous-sol. Des complices gardent un œil sur la fillette et la tante à l’étage.

Les agresseurs semblent déterminés. Ils annoncent vouloir réclamer de l’argent à ce jeune buraliste d’origine turc qui avait racheté sa brasserie-tabac en 2011. Et l’opération a été minutieusement préparée : les agresseurs sont au courant des habitudes de la famille. Pour mettre un peu plus de pression sur les femmes, ils n’hésitent pas à dire qu’ils savent où est scolarisée la petite fille.

•• Après des minutes interminables, le buraliste arrive enfin et est immédiatement maîtrisé par les malfrats. Ceux-ci vont lui faire subir des sévices. Ils lui écrasent un doigt avec une pince et lui ébouillantent le visage avec de l’eau chaude. Le malheureux finit par livrer la combinaison du coffre-fort. Pendant que deux des hommes filent vers le bar-tabac à Villemomble, les autres restent à Clichy pour surveiller la famille.

•• Au même moment, des parents du couple commencent à s’inquiéter. Les téléphones du commerçant et de sa femme sonnent dans le vide et la jeune cousine tarde à rentrer.

Certains membres de la famille décident alors de venir aux nouvelles. Ils frappent à la porte du pavillon sans succès. À l’intérieur les captifs sont bâillonnés et toujours sous la menace de leurs agresseurs.

•• Quelque temps plus tard, ces proches aperçoivent des silhouettes qui s’échappent par l’arrière de la maison et enjambent la propriété mitoyenne.

En entrant dans la maison, ils découvrent une famille en état de choc. La jeune mère de famille est en sang, son mari a le visage rougi et une phalange écrasée. Pendant ce temps, l’autre partie du gang a mis le café sens dessus dessous.

De son téléphone portable, l’un des proches se connectera sur les images de la vidéo surveillance et découvrira les malfrats en train d’opérer. Ces derniers ont eu le temps de dérober, au moins, le contenu du coffre.