Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
31 Juil 2019 | Profession
 

Quatre hommes d’une trentaine d’années comparaissaient, ce lundi 29 juillet, devant le tribunal correctionnel de Tulle pour trafic de cannabis. Parmi eux, un buraliste de Tulle, présenté comme le fournisseur, mais qui nie toute participation.

La police avait interpellé la bande, début juillet, après plusieurs mois d’enquête, rapporte France Bleu Corrèze. Au départ, un banal contrôle de jeunes consommateurs met la police sur la piste d’un revendeur présumé.

•• Les différentes investigations, notamment des nombreuses écoutes téléphoniques, ont mis au jour un trafic important, entamé depuis le début 2014. Un kilo de résine de cannabis aurait été écoulé, tous les mois, pour un montant total qui pourrait atteindre 700 000 euros selon le parquet de Tulle.

•• Selon ses dires, ce serait un coup de malchance qui aurait impliqué le buraliste – lequel nie tout – dans cette affaire. En l’occurrence, il raconte être arrivé en voiture dans la cour de l’immeuble où habite l’un des autres accusés, en pleine perquisition par la police.

Ayant trouvé ses explications – concernant sa présence sur les lieux – peu convaincantes, les policiers avaient donc orienté leur enquête vers lui. Ils auraient découvert un train de vie plutôt luxueux notamment par rapport à l’activité de son établissement.

Des arguments qui ne prouvent rien pour son avocat. Lequel met en avant que les perquisitions effectuées dans le commerce, à son domicile et à celui de proches, n’ont permis de trouver aucune trace de drogue ou de matériel de trafiquant. Et que les écoutes téléphoniques nombreuses de la bande ne le mettent jamais en cause.

•• Le tribunal a prononcé des peines allant de 18 mois à cinq ans de prison ferme. Le buraliste a immédiatement fait appel.