Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Août 2018 | Trafic
 

La brigade des douanes de Saint-Omer et la gendarmerie de Steenvoorde ont mené une opération conjointe, ce jeudi 9 août, dans le but de lutter contre les achats frontaliers excessifs de particuliers. La Voix du Nord les a suivis, malgré une pluie battante.

•• 14 h 30 : réunion de mise au point à la gendarmerie de Steenvoorde, devant une dizaine de gendarmes et de douaniers. L’inspecteur de la Direction régionale des Douanes de Dunkerque, Pierre Laurent, commandant de la brigade des Douanes de Saint-Omer, supervise l’opération.

« Cet après-midi, nous allons effectuer un contrôle coordonné, qui va cibler le trafic transfrontalier de tabac entre la Belgique et la France. Ça concerne les véhicules des particuliers. Il y aura huit personnes à chaque point de contrôle. Cette opération permet aussi de sensibiliser l’ensemble des services de l’État à cette problématique », précise le commandant.

•• 15 h : premier point de contrôle Callicanes, à une dizaine de kilomètres de Steenvoorde. Les contrôles débutent sur un parking.

Le flux qui vient de Belgique est dense, malgré le mauvais temps. « On cible quand même certains profils », raconte le commandant Laurent, « on a plus de chances avec les familles qui viennent en Belgique pour la journée : elles achètent le tabac le matin, mangent une frite et repartent l’après-midi. » Les véhicules immatriculés dans le Pas-de-Calais, l’Oise ou la Somme sont également    visés : « ce sont des gens qui prennent des grandes quantités parce qu’ils vivent loin, et qu’ils achètent pour leurs amis ou leur famille », poursuit le commandant.

Une Audi grise est arrêtée sur le bas-côté. Le conducteur a fait ses emplettes, mais rien d’abusif : 200 grammes de tabac. Ce que les douaniers recherchent, c’est le « caractère commercial » : « deux cartouches pour une personne, ça passe », explique un gendarme, « mais une cartouche pour soi et quatre pour la famille, ça rentre dans le caractère commercial. Ça va être saisi puis détruit. »

Thibault Rougelot, inspecteur de la Direction régionale des Douanes, le reconnaît : « les gens ne savent pas forcément qu’ils n’ont pas le droit d’acheter cinq ou six cartouches de cigarettes pour le voisin ou la famille. On devrait mieux communiquer là-dessus ». Sur la cinquantaine de véhicules contrôlés, rien ne sera saisi.

•• 16 h, changement de destination, : le rond-point de Saint-Sylvestre-Cappel. « On bouge quand même parce que certaines personnes signalent notre présence sur les applications de trafic, alors on est grillés », plaisante le commandant Laurent. Des coffres sont ouverts, des planchers parfois soulevés.

Une Seat Ibiza blanche immatriculée dans l’Oise est repérée. « Eux, ils ont le profil » », glisse Pierre Laurent. Le conducteur, la quarantaine, sort de sa voiture et se dirige vers le coffre. Les douaniers y trouvent une cartouche de cigarettes accompagnée d’une quinzaine de paquets, ainsi qu’une boîte de tabac, contenant un petit sachet suspect. « C’est de la résine de cannabis, explique le commandant. On va la saisir et la détruire, mais pour les cigarettes c’est bon. La quantité n’est pas excessive pour les trois adultes à l’intérieur du véhicule. » Le conducteur sera néanmoins retenu par les gendarmes, pour conduite sous l’emprise de stupéfiants.

« En tant que douaniers, on peut fouiller les véhicules et les personnes, et parfois ça aide les gendarmes » confie le commandant, « c’est aussi un avantage de ces opérations conjointes … quand on ne trouve pas de tabac ! »