Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Oct 2018 | Trafic
 

Olivier Dussopt – secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin – était à Saint-Avold (en Moselle, à une trentaine de kilomètres de la frontière allemande), ce vendredi 5 octobre, pour s’entretenir avec les douaniers de la brigade et parler sur la politique de lutte contre la contrebande de tabac.

Une visite située opportunément entre deux faits marquants : l’adoption récente par l’Assemblée de la loi contre la fraude avec ses dispositions concernant les limites au transport de tabac par les particuliers (voir Lmdt du 19 septembre) et la saisie récente de 1,2 tonne de tabac sur l’A4 (voir Lmdt du 2 octobre).

•• « L’objectif est de renforcer les sanctions et de fixer à quatre cartouches par personne la détention de tabac », a-t-il expliqué devant les médias locaux, « après quoi, les douaniers profiteront d’une présomption d’usage commercial pour avoir de meilleures chances de qualifier l’infraction ».

« Le tabac issu de la contrebande pose souvent des problèmes de qualité et une forme de concurrence déloyale vis-à-vis des buralistes ».

•• Les douaniers de Saint-Avold se sont félicités de cette annonce, « d’autant que, souvent, les saisies se font plutôt par très petites quantités, mais avec une multiplicité de faits ».

•• Ils ont aussi présenté leur nouvel équipement : le réputé pistolet-mitrailleur UMP-HK et un « porte plaque » ((une sorte de gilet pare-balle en céramique, lourd de 12 kg). Deux-tiers des agents ont déjà été formés à leur utilisation.

L’objectif est de pouvoir sécuriser les contrôles, « dans un contexte de terrorisme galopant », a détaillé Noël Mulot, chef des services douaniers de la brigade de Saint-Avold.

Ses hommes racontent qu’encore récemment, deux véhicules ont essayé de se soustraire à un contrôle, quitte à faire brusquement une marche arrière, de nuit, en visant les véhicules des douaniers.