Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mai 2019 | Profession
 

Sophie Lejeune, secrétaire général de la Confédération, est venue faire de la pédagogie lors de l’Assemblée générale des buralistes du Doubs, ce dimanche 19 mai, et où elle a présenté le « Fonds de transformation ».

« Il peut s’agir de diversification supplémentaire de l’activité, ou tout simplement de réaménagement » a expliqué Sophie Lejeune, à L’Est Républicain, tout en estimant aussi que les buralistes ont trop tardé à s’adapter à leur époque.

Mais elle leur trouve des circonstances atténuantes : « les buralistes ont tellement eu la tête à leur travail qu’à un moment, ils n’ont pas vu que le monde avait changé autour d’eux. Regardez les boulangeries, aujourd’hui, elles n’ont plus du tout la même allure, ou encore les pharmacies. Les buralistes devront penser à élargir leur offre, mais ils ne seront pas seuls dans la démarche ».

Tout en rappelant l’audit obligatoire et préalable de la CCI, elle a insisté sur son objectif : aiguiller le commerçant dans l’orientation de son activité. Le snacking mais aussi le vapotage comptant parmi les pistes les plus évidentes.

Exemples à la clé dans le département, cité par le quotidien régional. À Montbéliard, un buraliste s’est « lancé dans la boulangerie-pâtisserie ». Le déploiement du compte Nickel des buralistes répondant aussi à la même démarche de diversification. Reste que sur les 221 buralistes du Doubs, seulement 26 proposent ce service bancaire.

D’où l’effort de pédagogie de Sophie Lejeune … malgré les journées à rallonge de ses confrères.