Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Nov 2019 | Profession
 

Deux jours après l’assemblée générale des buralistes de Saône-et-Loire, qui s’est tenue ce 17 novembre à Chalon-sur-Saône devant 195 participants, Laurent Maquart (président de la chambre syndicale du département et administrateur de la Confédération) a détaillé, au micro de Radio Bresse, les axes de la Transformation des buralistes en « commerce d’utilité locale ». Extraits. 

•• « En fait, l’État nous aide à vendre autre chose que du tabac …

« Avec une activité multi-services, on vend plein d’autres choses : des cadeaux, de la carterie, des produits du vapotage, des jeux à gratter, de la boisson, du transfert d’argent, du photomaton …

••  « Autres exemples, dans un village où coule une rivière, le buraliste peut vendre des articles de pêche. S’il n’y a plus d’épicerie sur place, il peut développer un rayon alimentaire.  Il y a plein de solutions ouvertes au commerce de proximité que nous sommes et qui feront revenir les clients chez nous et les conserver …

••  « La vente de tabac baisse en volume de 10 % chaque année, on perd donc automatiquement des clients. La Transformation fait donc partie du changement de l’état d’esprit des buralistes. »