Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Oct 2019 | Profession
 

À la tête du bar-tabac « Le Penalty » à Calais depuis 16 ans, Sylvain Hodicq (président de la chambre syndicale des buralistes du Calaisis et administrateur de la Confédération / voir Lmdt des 23 juillet 2018 et 10 février 2019) n’a rien perdu de son enthousiasme  :  « café, c’est le meilleur commerce : quand tu ouvres à 6 h 30 les premiers clients t’attendent déjà sur le trottoir, et quand tu fermes à 20 h, tu dois mettre les derniers consommateurs dehors ».

Mais pas question de s’endormir sur ses lauriers. Le Penalty a subi de grands travaux de rénovation, cet été. De transformation, plus exactement.

•• « On a fermé trois semaines, fin juin début juillet. J’ai tout cassé pour travailler de nouveaux concepts : le snack, je développe à fond la confiserie. Je fais aussi un rayon électronique (casques, écouteurs, baladeurs, etc.) » détaille Sylvain Hodicq à Nord Littoral (édition 2 octobre) au lendemain d’une inauguration en présence de Philippe Coy.

•• « Mais surtout j’ai développé la cigarette électronique. On a raté le train il y a cinq ou six ans, quand la cigarette électronique a commencé à apparaître. Il faut récupérer le marché, c’est le moment ! » Alors il s’en fait le meilleur avocat, faisant remarquer que les scandales de santé publique qui touchent la cigarette électronique aux États-Unis ou en Inde sont liés à un vide réglementaire qui n’existe pas en France.

Même si le secteur des cigarettes traditionnelles est moins porteur, il en a profité pour installer un fumoir : « c’est un bon compromis qui évite à la clientèle de se concentrer sur le trottoir … » 

•• Côté relais colis, ça n’arrête pas : « on a parfois quatre ou cinq livraisons par jour, et pas toujours des gens du quartier : il y a des gens de Coulogne (à 5 kilomètres / ndlr) qui se font livrer ici … »

•• Sylvain Hodicq est très positif sur le règlement de certains impôts chez les buralistes à partir de juillet 2020 ( voir Lmdt des 24 et 25 juillet 2019 ) : « ce n’est pas vraiment une charge en plus, tout passera par les terminaux et les référents de la Française des Jeux … On est en train de regagner la confiance du Gouvernement, qui a fini par comprendre qu’on avait un rôle à jouer : au niveau national, les buralistes, c’est 10 millions de clients par jour ! ».