Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Août 2019 | Profession
 

À Bruay-les-Buissières et à Busnes (Pas-de-Calais, dans l’arrondissement de Béthune), deux buralistes ont sollicité le Fonds de Transformation pour transformer leur commerce. Avec des objectifs différents.

Sachant que les deux buralistes – Sylvie Delattre et Marie-Colette Musy – ont toutes deux pris connaissance de cette nouvelle aide grâce au magazine des buralistes, Le Losange (voir Lmdt des 18 juin et 17 juillet) explique, dans son reportage, La Voix du Nord (13 août).

•• Les habitués qui passent les portes du « Country », à Bruay-les-Buissières, depuis sa réouverture il y a deux semaines, n’en finissent pas de s’émerveiller. Le bar-tabac a connu un mois de travaux en juillet pour rouvrir, totalement transformé. « Cela fait vingt-cinq ans qu’on est là, un coup de jeune allait forcément faire du bien ! » témoigne Sylvie Delattre.

Elle avait pensé procéder à ces changements dès 2013 mais on lui a parlé d’un gros chantier de tramway ou de bus qui allait passer par là … puis les travaux de l’agglomération pour les trottoirs ont commencé. Mais voilà, les congés approchant cet été, la commerçante se voyait bien profiter de la fermeture estivale pour lancer la transformation. D’autant qu’une aide de l’État, par le biais du Fonds de transformation, venait d’être lancée (voir Lmdt du 19 décembre 2018).

« Si on voulait bénéficier de l’aide, il fallait faire un audit avec la Chambre de Commerce, puis remplir un dossier avec des devis, expliquer nos motivations et avoir une réelle intention de transformer et diversifier le commerce ».

D’un petit projet de rénovation, elle est passée à un projet plus ambitieux, avec la perspective de cette aide.

« On a profité du renouveau de la rue pour installer une terrasse, on a développé un espace vapotage avec vitrines, installé un nouveau comptoir et tout le mobilier assorti … C’est la première fois qu’on peut prétendre à une aide, on compte beaucoup dessus ». Sylvie Delattre et son époux Éric, employé dans son commerce, attendent désormais la réponse (à leur demande de pré-validation).

Mais ils n’ont pas attendu pour faire les travaux. « Quoi qu’il en soit, on les aurait faits. Mais si on peut bénéficier de l’aide, ce sera un vrai plus, surtout avec la nouvelle augmentation du prix du tabac qui nous attend, on va encore se prendre une claque… Sans compter la presse, c’est de pire en pire ».

Sylvie Delattre en est convaincue, « les cigarettes électroniques, c’est l’avenir de notre métier ». En témoignent les vitrines flambant neuves qui commencent à se remplir de produits de vapotage.

•• À Busnes, Marie-Colette Musy (à droite) souhaite faire des travaux pour préparer la retraite. Le Fonds de Transformation … un coup de pouce qui tomberait à pic s’il lui était octroyé. Quant à la diversification de l’activité, « je fais déjà tabac, presse, loto, confiserie, borne Nickel, dépôt de gaz, reproduction de clé … Alors, je compte me perfectionner dans les produits de vapotage et les boissons à emporter. »

L’audit préalable à la demande a été réalisé par la CCI. Et une fois la trêve d’août terminée, Marie-Colette fera faire les devis nécessaires pour compléter le dossier à renvoyer à la Douane. « Tout ce que je veux, c’est pérenniser le bureau de tabac quand je prendrai ma retraite » assure Marie-Colette Musy.