Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Sep 2020 | Profession
 

Épisode numéro 8 de notre revue de presse des témoignages de buralistes à travers les régions sur la Transformation de leur établissement et la reprise du développement commercial.

La toute jeune buraliste de 25 ans représente la dernière génération d’une famille de commerçants, implantée à Castelnau-le-Lez (périphérie de Montpellier).

Il y a déjà 5 ans, elle reprenait le débit de tabac sur la place du village. Mais le local, trop exigu alors, ne lui permettait pas de réaliser toutes ses ambitions.

•• L’autorisation d’un transfert lui a permis d’ouvrir, le 15 juin dernier, un établissement de 180 mètres carrés, accueillant de nouveaux services : espace brasserie et petite restauration avec télévision, coin PMU, photomaton et bien sûr presse, jeux, téléphonie, papeterie, tabac et cigarette électronique.

« On a voulu reprendre le concept du drugstore aux États-Unis » explique son père, « il faut toujours innover dans le commerce ».

•• Et la transformation ne s’arrête pas là … notre buraliste a ajouté un institut de beauté, fusionné à l’établissement principal, forte de son diplôme de CAP Esthétique obtenu en 2019. Pour l’instant elle y propose des soins classiques mais souhaite faire évoluer les prestations en ajoutant des soins avec lumière pulsée.

•• « Le tabac, c’est la raison ; le salon, c’est la passion. J’aime l’approche différente que l’on a avec les clientes. Au salon, on prend le temps de discuter, de s’intéresser à elles. Au tabac, le plus souvent les gens sont pressés et l’échange est différent. J’ai besoin de l’équilibre que m’offrent les deux activités » commente-t-elle dans Le Midi Libre.