Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Jan 2020 | Profession
 

Les buralistes passent à la vitesse supérieure … soutenus par le Fonds de Transformation annoncent dans leur édition papier Libération Champagne et L’Est Éclair.

« C’est une très bonne chose » confirme Pascal Brie président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube. « On sent une reprise et un état d’esprit plus positif qu’il y a deux ou trois ans dans la profession ».

« J’ai une quinzaine de contacts avec des buralistes et six audits ont déjà été réalisés » explique Gwenaël Cuisin, à la CCI de l’Aube.

•• Et Thierry Favin, buraliste à Nogent-sur-Seine, fait figure de pionnier : « j’ai voulu anticiper car je sais que ça va devenir de plus en plus compliqué. Les clients vont beaucoup dans les pays frontaliers pour se ravitailler en tabac … En tout cas, on a déjà beaucoup de retours positifs et l’aide de l’État nous donne un bon coup de main. La CCI nous a apporté un soutien majeur, grâce à l’intervention de Madame Cuisin, une professionnelle compétente comme on n’en fait plus ! ».

•• Après cinq semaines de travaux, entre le 1er septembre et le 8 octobre, il a pu rouvrir ses portes à la clientèle. Boissons à emporter, cigarettes électroniques et liquides, presse, carterie, librairie sur commande, timbres et enveloppes viennent compléter l’offre du bar-tabac qui proposait déjà Loto et PMU.

« J’ai pu agrandir le café de 40 mètres carrés supplémentaires et créer de l’emploi en embauchant à temps complet les deux personnes qui travaillaient pour moi à temps partiel, en plus d’un nouveau recrutement à mi-temps » se réjouit le buraliste.